UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Tarbes, début d'exploration | Page d'accueil | La substance merveilleuse »

13/09/2015

Transmutation et déménagement

écriture,philosophie,alchimie,Jung,société,culture,spiritualité

Transmutation a pour origine le mot latin transmutatio qui signifie transposition de lettres. Je vois là une amusante allusion au fait que le libellé de mon adresse a changé.

Dans transmutation il y a mutation ce qui implique un déménagement. Je ressens fort l'importance du terme mutation. Je suis mutée, par ordre du Cosmique, en un autre lieu où je suis appelée à une autre vie, à d'autres relations, à un autre service envers autrui. La transmutation, changement d'une chose en une autre n'est pas, dans le cas de mon déménagement, une altération de la forme de mon corps mais une autre manière d'être extérieure et intérieure. On pourrait faire un rapprochement (un peu hardi!) avec cette transmutation de valeurs (unwertung) qui est plutôt une transvaluation, dont parle Nietzsche. C'est la promesse d'une vie nouvelle.

Je crois que l'on pourrait aussi dire que, comme pour l’œuvre alchimique, il y a dans le déménagement, dont le but est l'inatteignable installation parfaite dans le nouveau lieu, des degrés. Cela ne se passe pas toujours dans l'ordre car, dans mon cas, la distillation, cinquième degré sur les sept, a précédé le premier degré, la calcination. En effet, J'ai pour habitude, quand je déménage, de me séparer de la moité de ce qui ce trouve dans les placards (hors livres) car, en regardant bien, je m'aperçoit que c'est parfaitement inutile.  C'est une forme de distillation ! Maintenant, en espérant pouvoir remonter les marches de l'escalier alchimique, je suis tout en bas au stade de la calcination ...

J'espère, amis, que vous comprendrez que cette petite étude alchimique est seulement un amusement de l'esprit  destiné à réamorcer la pompe de mon inspiration.

Ariaga

 

Commentaires

Ariaga c'est fort bien dit et pensé
(par) mutatis mutandis
les moutons ne vont pas par dix
dans l'alpage
mais tu vas te mettre à la page
en la tournant
avec la distillation le plus intéressant
ce sont les colonnes
on s'allège et on s'épure
dans une revisitation de l’architectonique personelle
qui peut être signe de revitalisation également

Écrit par : Thierry | 13/09/2015

Ton "amusement de l'esprit" est contagieux chère Ariaga. Ha, l'avant dernier paragraphe, je pense l'apprendre par cœur! (sourire)

Écrit par : Louis-Paul | 13/09/2015

et la "transposition de lettres" n'est pas toujours simple avec La Poste ! ;o)

bon courage pour cet oeuvre

bises

Écrit par : Frédéric | 13/09/2015

Bonsoir, chère Ariaga !
Oui, nous avons bien compris que ton cerveau réintègre peu à peu les circuits connus, ayant été probablement dérouté de sa mise au "point mort" pour utilisation essentiellement triviale d'un "au jour le jour" pas forcément passionnant... Mais c'est bien, on entame avec toi la reprise du pédalage ; et pour ce qui est des degrés, tu sais sans doute que ce qui est en haut est comme ce qui est en bas et réciproquement : il n'y a donc aucun souci à se faire sur la hauteur du numéro attribué à la marche sur laquelle tu te trouves...
Colette adorait déménager ! Elle affirmait que c'était pour elle à chaque fois une totale régénération. Je suppose que comme elle la "transmutation" de ton adresse postale sera suivie d'un parfait ressourcement intérieur ! Bonne soirée.

Écrit par : Aloysia | 13/09/2015

J'ai remarqué ceci, suite à différents déménagements. : là où nous vivons quelque chose s'échange avec le lieu (logement, quartier, ville), une co-imprégnation. On parlera de produire du connu, mais l'échange est beaucoup plus profond.
Chaque déménagement nécessite d'établir ce contact silencieux. Il y a des lieux où c'est plus facile, question de résonance, mais la difficulté est tout aussi intéressante à vivre.
Peut-être que tu vis quelque chose de similaire ?
Amitié, chère Ariaga

Écrit par : Miche | 14/09/2015

On laisse toujours un pan de vie derrière soir lorsqu'on déménage et là, te voilà arrivée au seuil d'une nouvelle marche. J'aime bien l'idée de mutation qui engage le cerveau dans l'adaptation à d'autres situations. Casser la routine a du bon parfois mais heureusement que les livres sont dans ta traîne et malgré le manque de place dont tu nous faisais part, il y a quelque temps, je suis sûre qu'ils viendront aussi emménager avec toi.

Écrit par : Sedna | 14/09/2015

@ Thierry, mutatis mutandis et si j'étais doucement en train de devenir un mutant ...

Écrit par : Ariaga | 14/09/2015

@ Louis-Paul, si j'ai pu te faire sourire j'ai gagné ma journée !

Écrit par : Ariaga | 14/09/2015

Des fois c'est un arpent de vie qui se traine à la chaine avant qu'on embraye la crémaillère et qu'on monte la crème ailleurs, ferait on du moins mauvais beurre si près des alpages.
Mérens n'est pas loin non plus et son cheval du cru qu'on peut certes monter à cru.

Écrit par : THierry | 14/09/2015

Excellent de faire table rase de certaines choses. On a tellement tendance à entasser.
Cela permet de laisser de la place "au nouveau" et donc de se donner la possibilité de se régénérer.
La nouveauté ne peut surgir que si l'ancien disparaît. C'est une grande chance ! Il faut en profiter.
Les habitudes tuent la conscience. Je te souhaite de belles aventures avec de belles surprises.

Écrit par : Daniel | 15/09/2015

C'est bon, il me semble, de "s'ébouriffer" un peu, de se délester, de sortir de nos habitudes... et d'accueillir sans crainte le nouveau... Ouvre grands tes yeux Ariaga, la fête sera belle certainement. Bises. brigitte

Écrit par : Plumes d Anges | 15/09/2015

Tabula rasa quand on se rapproche de la meseta espagnole
l'heure du pastis arrive plus vite avec le pic d'Aneto
La Garonne rugit et surgit à la Maladeta

métamorphose si près de roches métamorphiques

c'est le grand ménage d'automne qui se prépare, il n'y a pas que les arbres caducs qui se dépouillent de leurs feuilles

c'est le vent de saison qui chasse les idées noires et acclimate

Écrit par : Thierry | 15/09/2015

Bonjour Ariaga : quand on déménage d'un appartement à un autre, les lieux sont différents car les pièces sont disposées autrement. On doit faire un petit effort et garder les yeux bien ouverts car on pourrait se tromper de porte pour entrer et sortir, soit du logement, soit de l'immeuble.... Tu as jusqu'à maintenant pu t'adapter. Depuis que je te connais tu as déménagé au moins 3 fois. Tu vas progressivement faire ta mue. En plus les mauvais jours arrivent. Tu vas avoir le temps de faire ton nouveau nid. Bon courage.

Écrit par : elisabeth | 15/09/2015

Très beau texte Ariaga !

Tes mots me font sortir de ma grotte.

Bises amicales,
Jean

Écrit par : Jean Bissur | 16/09/2015

Coucou Ariaga, même si on ne déménage pas à tout instant, il est bon de faire le ménage dans sa maison bien sûr pour ne pas être envahi de choses inutiles, mais aussi dans son cerveau pour ne garder que les bonnes pensées !!! Je te souhaite une nouvelle vie emplie de bonheur. Je t'embrasse.

Écrit par : danae | 16/09/2015

Quand la mue tente la resserre pend
faire peau neuve quand on se tend
vers une nouvelle destination
et cela sans faire de fixation
prendre un virage sur les carres
décarrer sans oublier le fartage
pour que tout glisse dans la pente
la nouvelle choisie ou imposée
par la situation et les événements

Écrit par : Thierry | 16/09/2015

@ Merci pour tes encouragements, ils me seront utiles.

Écrit par : Ariaga | 16/09/2015

@ Sedna, les livres ont emménagé avec moi mais ils se trouvent dans les endroits les plus divers, y compris salle de bains et WC !!!!!

Écrit par : Ariaga | 16/09/2015

@ Aloysia, sais tu, chère amie, que l'utilisation triviale a parfois du bon. Elle débloque des circuits quasiment morts et nous met dans des situations nouvelles enrichissantes.

Écrit par : Ariaga | 16/09/2015

@ Miche, tout à fait d'accord avec ton commentaires car je pense que la vie n'est qu'échanges, relations nouvelles, connexions oubliées etc.

Écrit par : Ariaga | 16/09/2015

@ Thierry, tes divers commentaires sont un régal pour l'esprit. Merci .

Écrit par : Ariaga | 16/09/2015

Bonjour chère Ariaga, j'avoue que je n'aime pas déménager, trop de désordre, de désorientation...de fatigue. Je m'attache aux lieux...Trop de choses inutiles, je suis d'accord ,il est bon de faire un choix dans ce que l'on garde...pour rien ,la plupart du temps. Et puis, il faut de l'espace pour garder...Les souvenirs dépendraient-ils aussi un tri inconscient ? Sans doute....
Amicales pensées. J'espère que tu es tout à fait remise de ta chute .

Écrit par : Hécate | 17/09/2015

@Ariaga : tu me fais trop d'honneur, j'essaie juste d'être ce clown triste qui tente d'amuser, souvent en vain, la galerie tellement j'ai parfois de détestation (pas debout uniquement) devant les images de violence du monde. L'humour est mon seul rempart et mon dernier refuge.

Écrit par : Thierry | 17/09/2015

@ Thierry, pour moi aussi l'humour est une solide béquille. L'ennui est que mon humour est très noir et j'évite de l'utiliser avec autrui (si ce n'est avec mon frère qui a le même) car je me suis rendu compte que l'on peut choquer et faire beaucoup de peine. Alors je pratique un auto humour noir dont je suis à la fois la cible et le spectateur !!!...

Écrit par : Ariaga | 17/09/2015

@Daniel, oui, l'homogénéisation c'est la mort.

Écrit par : Ariaga | 19/09/2015

@ Plumes d'Anges, je vais suivre tes conseils et ouvrir les hublots en grand.

Écrit par : Ariaga | 19/09/2015

@ Élisabeth, l'appartement dans lequel j'ai emménagé est assez biscornu et, comme il y a deux couloirs, même après presque un mois, je pars souvent dans le mauvais sens.

Écrit par : Ariaga | 19/09/2015

Bonsoir Ariaga, J'espère que tu es reposée après tout ce chamboulement. Je t'embrasse.

Écrit par : danae | 19/09/2015

Pour la calcination je comprends mieux maintenant que je t'ai vu descendre (dans le sud).

Pour la distillation (fractionnée ou pas) il faudra quand même aller faire un petit tour du côté d'Eauze.

Biscornu dis tu, encore une référence alchimique via la cornue, mais pour la cornuelle tu aurais du passer par Villebois-Lavalette avant de l'avaler.

Ce n'est pas un ancien logement de gendarme au moins, Bicorne oblige?

Écrit par : Thierry | 19/09/2015

Merci de ta très juste remarque, Ariaga ! Je rejoins ton ressenti... Aujourd'hui tondre ma pelouse m'a fait le plus grand bien.

Écrit par : Aloysia | 20/09/2015

@ Hécate, Il y a encore des séquelles de ma chute et cela ne me facilite pas l'installation...

Écrit par : Ariaga | 20/09/2015

La mutation Cosmique de chaque être n'est pas évidente à faire comprendre et je trouve cette analyse fort pertinente. Voilà qui ouvre de sacrées pistes pour vivre en harmonie avec soi même et les autres.

Écrit par : Jerry OX | 23/09/2015

@ Michèle, c'est un plaisir d'avoir ta visite et de te lire à nouveau, avec un très beau texte, sur ton blog.

Écrit par : Ariaga | 25/09/2015