UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2018-02 | Page d'accueil | 2018-04 »

19/03/2018

Les symboles ouvrent les portes

 

citations,c.g.jung,âme,symbole,livre rouge,lecture,ariaga

Une belle réflexion sur les symboles par C.G. Jung dans le Livre Rouge (p.432). J'ai ajouté des caractères gras. Ariaga.

***

" Le symbole est cette parole qui sort par la bouche, qu'on ne prononce pas, mais qui remonte des profondeurs du Soi comme une parole de force et de détresse et qui se pose sur la langue inopinément. Il s'agit d'une parole étonnante et qui semble peut-être déraisonnable, mais on l'identifie comme le symbole au fait qu'elle est étrangère à l'esprit conscient. Lorsqu'on accepte le symbole, c'est comme si on ouvrait une porte qui mène dans une nouvelle pièce dont on ignorait auparavant l'existence. Mais si l'on n'accepte pas le symbole, c'est comme si l'on passait devant cette porte sans y prêter attention; et parce que celle-ci était l'unique porte menant aux appartements intérieurs, on doit retourner sur la route et continuer à cheminer dans le monde extérieur. Mais l'âme endure alors les pires souffrances, car la liberté extérieure ne lui sert à rien. La délivrance est une longue route qui mène à travers de nombreuses portes. Les portes sont les symboles. Chaque nouvelle porte est d'abord invisible, et même, c'est comme si elle devait d'abord être crée, car à chaque fois elle n'est là que quand on a déterré la racine magique, le symbole."

11/03/2018

C.G.Jung et la soif de puissance

 

citations,jung,livre rouge,philosophie,guerre,paix,puissance

 

Toujours le Livre rouge de C.G.Jung. Vous aurez compris, amis, que c'est en ce moment mon livre de chevet et de méditation. Cet extrait (p.431) qui peut être diversement interprété, me semble propre à la réflexion. J'ai mis en gras ce qui a accroché la mienne. Ariaga.

***

" Que celui qui veut s'élever au-delà de lui-même descende et se charge de son propre fardeau et se traîne lui-même jusqu'à l'autel sacrificiel.

Mais que l'homme ne devra-t-il pas endurer avant de comprendre que le succès visible, extérieur, que l'on peut toucher de la main, n'est que fourvoiement! Quelles souffrances devront s'abattre sur l'humanité pour que l'homme renonce à assouvir sa soif de puissance sur son prochain et à toujours vouloir le changement chez l’autre! Combien de sang devra encore couler pour que les yeux de l'homme s'ouvrent et qu'il voie son propre chemin, et son propre ennemi, et pour qu'il prenne conscience de ses véritables succès! Tu dois pouvoir vivre avec toi même, pas aux dépens de ton voisin. l'animal grégaire n'est pas le parasite et le tourmenteur de son frère. Homme tu as même oublié que tu es aussi un animal. Tu crois certainement encore que la vie est meilleure là où tu n'es pas. Gare à toi si ton voisin pense également ainsi. Mais tu peux être sur qu'il pense également ainsi. Il faut que quelqu'un commence à ne plus être puéril. "