UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Anniversaire du Laboratoire | Page d'accueil | La veuve »

30/09/2008

La Table d'émeraude d'Hermès


 

P9171278_2_3_2.jpg

Depuis longtemps je vous cite les premières lignes de la Table d'émeraude qui sont pour moi une ligne directrice sur le plan spirituel. Je voudrais aujourd'hui vous proposer le texte entier. Il ne s'agit pas de tout comprendre, c'est un texte alchimique qui demande contemplation et méditation. Je vous donnerai quelques indications sur les origines du texte après la citation.

" 1. Il est vrai, sans tromperie, certain et véridique.

2. Ce qui est en bas est semblable à ce qui est en haut et réciproquement lorsqu'il s'agit d'accomplir les merveilles de l'Un.

3. Et comme toute chose procède de l'Un par la médiation de l'Un, ainsi toute chose procède d'une seule par adaptation.

4. Son père est le soleil, sa mère la lune. C'est le vent qui l'a porté en son sein, la terre qui l'a allaité.

5. Il est le père de toute perfection dans le monde.

6. Sa force est complète lorsqu'il la tourne vers la terre.

7. Vous séparez la terre du feu, le subtil du grossier, cela en douceur et avec une grande intelligence.

8. Il monte de la terre aux cieux et redescend sur terre où il reçoit les pouvoirs des choses supérieures et inférieures. Aussi détiendrez-vous les pouvoirs du monde entier. Ainsi toute obscurité cédera-t-elle devant vous.

9. Il est la force d'âme de toute force d'âme, car il vient à bout de tout ce qui est subtil et pénètre les solides.

10. C'est ainsi que fut crée le monde.

11. Il en découle de merveilleuses adaptations dont il est le truchement.

12. C'est pourquoi on m'appelle Hermès Trismégiste, car je suis la philosophie du monde en trois parties.

13. Ce que j'avais à dire sur l'opération du soleil est terminé. "

Tabula smaragdina

La Tabula smaragdina, s'appelle aussi Table d'émeraude d'Hermès ou Magna Charta de l'alchimie. C'est un des plus anciens documents hermétiques. Parut d'abord au IX° siècle en arabe, peut-être d'une source syrienne du IV° siècle, probablement inspirée d'un original grec. Je vous ai proposé ici la traduction de Richard Crevier du livre de Johannes Fabricus, L'alchimie paru en anglais. Bonne lecture et patience, ce texte peut être médité toute une vie...Ariaga.

Commentaires

Très chère,

Mon premier est Vérité,
Mon deuxième est Unique,
Mon troisième est Eloquence,
Mon quatrième est Invisible,
Mon cinquième est Parfait,
Mon sixième est Infini,
Mon septième est Amour,
Mon huitième est Clarté,
Mon neuvième est Puissance,
Mon dixième est Harmonie,
Mon onzième est Multitude,
Mon douzième est Maudelaire,
Mon tout est Silence.

Très amicalement, Jack.

Écrit par : Jack Maudelaire | 30/09/2008

je suis complètement perdu dans ce "Mystère" pour moi !!!

Écrit par : patriarch | 30/09/2008

OUI, toute une vie, et peut-être plus encore... mais aussi des approches, difficiles, mais ô combien intéressantes pour entendre la voix des anciens....
et découvrir, si on le souhaite...
chez :
http://hdelboy.club.fr/limoj_lettre.html

"Lettre aux vrais disciples d'Hermès contenant six principales clefs de la philosophie secrète"
De : Limojon de Saint-Didier

"Si j'escrivois cette lettre pour persuader la verité de nôtre Philosophie à ceux, qui s'imaginent qu'elle n'est qu'une vaine idée, et un pur Paradoxe, je suivrois l'exemple de plusieurs maîtres en ce grand art; je tâcherois de convaincre de leurs erreurs ces sortes d'esprits, en leur demontrant la solidité des principes de notre science, appuyés sur les loix, et sur les operations de la nature, et je ne parlerois que legerement de ce qui regarde sa pratique; mais comme j'ay un dessein tout different, et que je n'escris que pour vous seuls, sages Disciples d'Hermes, et vrays Enfans de l'art, mon unique but est de vous servir de guide dans une route si difficile à suivre. Nostre pratique en effet est un chemin dans les sables, où l'on doit se conduire par l'estoile du Nord, plutost que par les vestiges qu'on y voit imprimés. La confusion des traces, qu'un nombre presqu'infini de personnes y ont laissées, est si grande, et on y trouve tant de differents sentiers, qui menent presque tous dans des deserts affreux, qu'il est presque impossible de ne pas s'égarer de la veritable voye, que les seuls sages favorisés du Ciel, ont heureusement sçeu deméler, et reconnoistre. "[...]

Patience et courage...

Ariaga, je t'embrasse.

Écrit par : Mutti | 30/09/2008

Scuse moi Ariaga, j'ai du mal à suivre...
cela ne m'empeche pas de te souhaiter une bonne soirée, et de te remercier des gentils commentaires que tu déposes chez moi, oui...

Écrit par : le Pierrot | 30/09/2008

@ Le Pierrot, il ne faut pas chercher à "suivre". De temps en temps je dépose des mots comme un objet précieux car ils sont antiques. Juste à regarder mais il en restera quelque chose même si tu n'en est pas conscient. Et puis, au fon, cela parle de la Nature que tu aimes tant. La photo, que Hautetfort m'a sauvagement coupée à droite (je la mettrai dans l'album) est aussi une explication...Alors je scuse mais juste un peu.

Écrit par : ariaga | 30/09/2008

@ Patriarch, je te mangerais bien à la même sauce que le Pierrot avec un peu de sel et de poivre. Heureusement que vous avez des blogs de premier choix alors ....vous complèterez les pointillés.

Écrit par : ariaga | 30/09/2008

@ Jack Maudelaire, merci pour ce poème très inspiré. Tu as pris la place avant le silence. C'est bien car cela ouvre une porte.

Écrit par : ariaga | 30/09/2008

Ariaga pardon :)

Écrit par : Blownblue | 30/09/2008

Bonjour Ariaga :)

Je connais ce texte depuis longtemps. Je m'excuse, je vais être un peu abrupt, comme le bourrin que je peux être parfois quand j'arrive en bout de tolérable attention : je n'ai jamais compris la fascination qu'on pouvait en tirer. Par exemple, ce qui est en haut est comme ce qui est en bas. Ok. Bon et après ?

Et l'Un aussi : on dit l'Un, et personne ne t'expliquera ce que c'est. On pourrait entendre que c'est Dieu. Bon alors, pourquoi on ne dit pas Dieu.

Je me suis penché sur l'ésotérisme fût un temps. Sans aucun esprit rationaliste et septiciste particulier. Je n'en ai pas retiré grand-chose si ce n'est que beaucoup croient dur comme fer à des choses qui m'échappent complètement, depuis toujours...

Si tu peux m'éclairer, ta lumière est bienvenue.

( Mon site n'est accessible qu'aux inscrits ) ( tout le monde peut s'inscrire )

Bien à to, Ariaga.

Blue.

Écrit par : Blownblue | 30/09/2008

Franchement j'ai lu rapidement, je reviendrai.

Écrit par : khanouff | 30/09/2008

Merci pour le commentaire.
Pour le "vol" il n'est jamais aussi haut que le souhaite l'âme.

Écrit par : michelgonnet | 30/09/2008

@ Mutti, c'est vrai que c'est un chemin dans les sables et il est difficile d'avancer. Merci pour ce texte et pour l'attention que tu portes à des sujets dont j'essaie de ne pas abuser mais qui me sont chers.

Écrit par : ariaga | 01/10/2008

@ Blownblue, j'ai été sur tes traces sur internet et je pense après t'avoir lu que je n'ai rien à t'expliquer. Tu sais. Il y a des phrases qui cheminent longtemps, que l'on ne veut pas entendre ou comprendre mais le travail se fait dans l'inconscient. Moi je ne fais que proposer en tentant la diversité mais ce n'est pas facile. Tout ce que je sais c'est que j'avais des terreurs morbides, il y a des années et qu'un koan Zen lu par hasard les a éradiquées...C'est pourquoi je lance des bouteilles à la mer. Merci de la visite.

Écrit par : ariaga | 01/10/2008

Merci de votre visite ! Au plaisir.

Écrit par : Micha | 01/10/2008

@ Khanouf, je l'espère bien...

Écrit par : ariaga | 01/10/2008

Bon, alors si tu me scuse un peu, ça va...
bonne soirée Ariaga, merci de ton comm gentil...

Écrit par : le Pierrot | 01/10/2008

Hermès était le messager des Dieux...
oui, je sais rien à voir, c'est juste pour étaler ma science, hi hi...

Écrit par : le Pierrot | 01/10/2008

@ Michel Gonnet, les souhaits de l'âme n'ont pas de limites mais on ne le sait pas.

Écrit par : ariaga | 01/10/2008

@ Micha continue à rémouler les âmes et les mots et à étinceler la peirre et à bientôt.

Écrit par : ariaga | 01/10/2008

M'avoir lu te dispense de m'expliquer ? Pourquoi donc ?

Écrit par : Blownblue | 01/10/2008

Est ce que je t'ai reproché une diversité quelconque ?

Écrit par : Blownblue | 01/10/2008

texte intemporel et superbe sphère :-)
merci pour vos visites
bises

Écrit par : djaipi | 02/10/2008

Belle réunion autour de la table d'émeraude pour "LE FESTIN" et sa préparation.
MERCI

Écrit par : cpatricia | 02/10/2008

chère Ariaga,

merci pour ce texte,un de ceux fondateurs de l'alchimie, et de nous rappeler son existence, je ne suis pas sure même à la fin de ma vie de pouvoir dire que j'ai commencé à comprendre vraiment.
cela dit dans ce labo de l'alchimie spirituelle et du rêve , on ne pouvait pas y échapper.
j'en profite pour ajouter qu'il existe un autre livre : le mutus liber (le livre muet de l'alchimie) celui ci ne comporte que des images, seul apparait sur une page , ce petit texte :

Ora Ecoute
Lege, Lege, Lege, Relege Lis, Lis,Lis,Relis
Labora Travailles,
Et Invenies Et Cherches

A défaut de comprendre ça on peut le faire et rejoindre la 2e partie du labo le rêve.

Merci à toi Ariaga, et je salue amicalement tous les fidèles de ce blog

marie

Écrit par : mariedumonde | 02/10/2008

mon esprit n'es peut être pas encore disponible pour entre apercevoir ce que ces écrits m'apporteront mais laissons décanter encore et encore...

Écrit par : muse | 02/10/2008

@ Mariedumonde, merci de parler du Mutus Liber dont je posséde un joli exemplaire. Cela fait un moment que je songe à en parler mais d'alchimie il ne faut abuser sous peine de le lecteur lasser !

Écrit par : ariaga | 02/10/2008

@ Djaipi, merci d'apprécier ma sphère, faire cette photo est un travail qui m'a mise dans un état, presque comme si j'étais ronde!Elle est plus réussie sur le blog photo car hautetfort à opéré une coupe à droite et malgré tous mes efforts je n'ai pu y remédier.

Écrit par : ariaga | 02/10/2008

@Muse, tu as tout compris, laissons décanter...

Écrit par : ariaga | 03/10/2008

@ Le Pierrot, tu vois que tu sais lire...Et si mes coms sont gentils c'est parce que tu le mérites.

Écrit par : ariaga | 03/10/2008

@ cpatricia, Oui, une belle réunion. Il m'a été suggéré dans un mail que tu publies la version d'Etienne Perrot de la Table d'émeraude. A toi de voir...

Écrit par : ariaga | 03/10/2008

@ Blowhblue, non je ne me dérobe pas mais je voulais dire que tu en sais probablement plus que moi sur la question et que je suis incapable d'apporter des répondes sur ce genre de sujets. Je propose, c'est tout. Je ne suis ni un "sage" ni un gourou, juste une goutte d'eau ...

Écrit par : ariaga | 03/10/2008

Ton humilité t'honore... Je comprends mieux... Pardonne mon côté bourrin, si tu veux bien, bien sûr... :)...


C'était quel koan zen ?...

Écrit par : Blownblue | 04/10/2008

@ Blownblue, c'est un peu intime mais je vais te le dire, un peu résumé : "Est-ce que tu te souviens du visage que tu avais avant ta naissance ? "
Mais non tu n'es pas un bourrin, juste obstiné, ce qui n'est pas un défaut.

Écrit par : ariaga | 04/10/2008

En résonance avec cette boule de cristal, cette série de billes transparentes que j'avais réalisée dans le désert du sud est marocain :

http://photoeil.canalblog.com/albums/globes_du_silence/index.html

Cordialement!
Bon week end!

Écrit par : too banal | 04/10/2008

Merci :)

Écrit par : Blownblue | 07/10/2008

Je te remercie, chère amie, de nous proposer la lecture ou la relecture d’un texte ancien. Celui-ci est d’autant plus intéressant qu’il est court et son langage beaucoup plus clair que nombre de textes ou de poèmes anciens dont les références perdent souvent leur signification avec le passage des siècles. Je ne veux pas dire que la Table d’émeraude soit facile à comprendre… mais elle parle à l’imagination. Je ne connais rien à l’alchimie, mais mon ignorance n’empêche pas que je puisse réagir au texte.

Et puisqu’il s’agit d’une « table », je dirai premièrement que sa lecture évoque une sorte de table des matières ou un sommaire, voire les notes d’un auteur désireux de ne rien oublier. D’une phrase à l’autre, on change de contexte, et ces changements provoquent une étrange impression, une perte d’équilibre, l’apparition d’un mystère, mais pas forcément une énigme. On dirait qu’il manque ici des mots ou une explication, or c’est justement cela, une certaine absence, qui fait l’attrait ou la magie du texte, parce que je reste libre (ou contraint?) d’imaginer la partie manquante.

Un texte à interpréter : C’est bien ce qui me plaît ! Il est comme une poésie.

________________________________
// Il est vrai, sans tromperie, certain et véridique. //

L’auteur commence par affirmer qu’il s’intéresse, non pas à une fable ou une invention, mais à ce qu’il veut considérer comme une vérité. Une vérité métaphysique ?

________________________________
// Ce qui est en bas est semblable à ce qui est en haut et réciproquement lorsqu'il s'agit d'accomplir les merveilles de l'Un. //

Cette déclaration compte deux parties ; je connaissais seulement la première. J’ai personnellement traduis « ce qui est en bas est semblable à ce qui est en haut » par cette formule : « Ce qui est à l’intérieur (de moi) est semblable à ce qui est à l’extérieur. » Cela m’a permis de situer le « je » à la rencontre des deux mondes, l’intérieur et l’extérieur. Le « je » est donc cette membrane, un filtre, qui contrôle les rapports entre deux objets _semblables_ mais pas identiques.

Cela est certainement vrai, du point de vue physique, car les atomes de mon corps ne diffèrent pas de ceux qui se trouvent ailleurs (y compris ceux du corps des autres personnes). Et cela me paraît vrai du point de vu mental, lequel ne diffère pas fondamentalement du reste (...!), parce que le phénomène de la pensée ressemble à d’autres, par exemple la course des nuages, mais on ne sera peut-être pas d’accord avec moi sur ce sujet.

________________________________
« Ce qui est en bas est semblable à ce qui est en haut » trouve un écho dans cette théorie intéressante du physicien David Bohm, basée en partie sur les travaux du chercheur français Alain Aspect, selon laquelle « L’Univers est un Super Hologramme. »

Si l’univers est un « hologramme », alors chacune de ses parties contient toute l’information sur l’Ensemble. Voici la traduction rapide d’un extrait d’un essai qu’on retrouvera facilement sur la Toile : « Dans un univers super holographique, toute chose interpénètre toute autre chose, et même le temps – passé, présent et futur—et l’espace ne doivent plus être vus en tant qu’éléments fondamentaux. Cela est dû au fait que dans un univers au sein duquel rien n’est vraiment séparé du reste, le temps et l’espace tri-dimensionnel – c’est-à-dire des endroits – se décomposent et n’existent pas à certains niveaux de la réalité. Un des concepts fondamentaux du Christianisme est que Dieu est éternel et que le Paradis est dans l’éternité, où ‘tout ce qui était est ; tout ce qui est est ; et tout ce qui sera est.’ »

C’est une coïncidence, mais en traduisant ces lignes je retrouve les mots exacts de quelques-uns de mes propres poèmes où j’écrivais (en anglais) dans un contexte similaire que « WHAT IS IS. »

Ce qui est _est_, et c’est partout semblable à partout parce que l’espace et le temps ne sont que ILLUSIONS au sein d’un univers dont chaque partie est le reflet d’un tout.

Qui sait ? L’auteur de la table d’émeraude avait peut-être cette idée en tête… Tout ce qui est en haut est semblable à ce qui est en bas.

La deuxième partie de la phrase, « lorsqu’il s’agit d’accomplir les merveilles de l’Un, » laisse entendre que dans la multiplicité des incarnations de l’Un, tout n’est pas forcément semblable au reste. Or ça, on le sait…

________________________________
//Et comme toute chose procède de l'Un par la médiation de l'Un, ainsi toute chose procède d'une seule par adaptation.//

L’adaptation, c’est « la vie dans les plis. » L’un est plié et déplié ; tout ce qui semble être une partie n’est en fait qu’un pli.

________________________________
//Son père est le soleil, sa mère la lune. C'est le vent qui l'a porté en son sein, la terre qui l'a allaité.//

De quoi s’agit-il ? D’un principe ? D’un modèle ? D’une personne ?

On parle de l’enfant de la lumière et de son reflet. La vérité, et le reflet de la vérité. La perfection et une distorsion de la perfection (une adaptation ?). Le vent, c’est le mouvement. La terre, c’est l’aspect solide, le réel, la manifestation va grandir pour que s’exprime… l’adaptation, l’enfant du soleil et de la lune… (Je ne fais qu’interpréter à ma manière.)

________________________________
//Il est le père de toute perfection dans le monde.//

L’enfant ? Ou le principe premier ? Le couple créateur, soleil/lune ? Cette dualité apparente : L’être et le non-être ? Ces deux aspects forment à mon avis le seul côté d’une bande de Möbius… l’être parfait surgissant du parfait néant, parce que le Néant ne connaît aucun principe qui puisse empêcher l’existence du Tout.

________________________________
//Sa force est complète lorsqu'il la tourne vers la terre.//

La force de qui ? Considérons la force de l’être humain : Tournons nos forces vers la terre, aimons la Terre et l’univers, aimons notre corps et la pensée qui est son expression la plus subtile, et nous trouverons la pleine mesure de nos pouvoirs…

________________________________
//Vous séparez la terre du feu, le subtil du grossier, cela en douceur et avec une grande intelligence.//

Autrement dit, apprenons à distinguer la terre qui nourrit du feu qui dévore, et sachons discerner la partie sublime et la partie animale, sans violence inutile, parce que nous sommes capables d’intelligence. C’est une recommandation que l’alchimiste s’adresse à lui-même, mais que chacun peut reprendre pour son propre bénéfice.

Dois-je continuer ? ou laisser les cinq derniers énoncés à votre interprétation ? Parce que tout ce que j’avais à dire sur la table d’émeraude n’est pas terminé !

Écrit par : r_i_d | 09/10/2008

@ r-i-d, j'espère que ce n'est pas termine et que tu vas continuer à "dire", c'est absolument passionnant. Merci de proposer cette réflexion au Laboratoire.

Écrit par : ariaga | 10/10/2008

"Ce qui est en haut est en bas" souligne la nature paradoxale de l'humain, paradoxale en ce sens qu'on ne peut faire un tour logique de la question de l'homme.
L'image du ruban de Mobius, "ce qui est d'un côté est de l'autre".
L'Un est ainsi l'unicité vécue de chaque homme et fait écho à l'unicité de l'uni-vers : l'homme n'est pas à l'image du Tout?

C'était ma manière de vous complimenter pour votre site.

Écrit par : Rémi | 13/10/2008

@ Merci Rémi, pour cette si belle manière de tourner le compliment.

Écrit par : ariaga | 13/10/2008

Il va falloir que j'y revienne, en effet... Je n'ai pas tout compris mais j'y ai vu des correspondances avec Baudelaire. tu es notre initiatique. J'ai impression en lisant ton texte d'entrer dans un monde initiatique...

Écrit par : Chris-Tian Vidal | 31/10/2008

Ton blog est une vrai mine !
je dois me defaire du mien, mais il est clair que ce sera tonjours un plaisir et un enrichissement que de te rendre visite, amie !

Écrit par : Virginie | 29/10/2009