UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Les visions de l'alchimiste | Page d'accueil | La libido vue par C.G.Jung »

30/03/2009

Passer le mur du son des habitudes

DSC03287_2_2_2.jpg

Celle là qui écrit ces lignes,

cette femme polie comme un galet par le fleuve de la vie,

elle voudrait passer le mur du son des habitudes,

faire exploser la causalité,

contempler au delà de la barrière de la science le lieu où se déploient de subtiles harmonies,

transpercer le monde du mental par d'improbables interactions,

laisser déferler le flot de la complexité et baigner, cerveau fluide, dans la multiplicité des aspects de la réalité.

C'est difficile, il lui faudra, encore et encore,

de vies en vies, de distillations en distillations, de morts en résurrections,

des temps et des temps.

Patience, elle a confiance.

Ariaga

 

Commentaires

---> Bonjour très chère,

Appel d'une femme au visage éclatant d'espoir où la vie a poli sa face aux charmantes facettes. Les mots crient d'une voix forte et claire au-dessus des images et des formes pour qu'adviennent ceux de l'harmonie et du silence qui coulent sans bruit et sans fin en dépassant le mur de son évanescente, mais sublime existence. Bientôt, le temps viendra où sa plume nous donnera le secret de l'éternité...

Bien à toi et bonne fin de journée, Jack qui t'envoie une bise d'amitié.

Écrit par : © Jack MAUDELAIRE | 30/03/2009

Et bien je lui souhaite bon courage à celle-là, je n'en ai pas trop pour moi, pour affronter ce qu'elle veut affronter. Mais si après elle accédait à un meilleur monde pourquoi pas essayer ? Bonne soirée.

Écrit par : elisabeth | 30/03/2009

on part quand? je veux bien être du voyage. Bises

Écrit par : jlb | 30/03/2009

C'est bien écrit! De sorte que je la vois très bien, cette femme-galet-poli-par le fleuve.

Je les devine, ces causalités dénouées. Je connais la hauteur de cette barrière, cet art figuratif: La science. Les grandes jambes de l'imagination sautent par-dessus. L'univers mental ou la pensée pratique la nage synchronisée : Des esprits dansent ensemble sous l'eau et à l'air libre.

Et tous les aspects de la réalité sont explorés par le vivant: Savoir ce que le pied d'un escargot peut bien savoir. Dormir comme un petit microbe, à l'intérieur d'un caillou. Attendre comme le patient virus, dans le cœur transparent du microbe.

Patience ! Patience ! Toutes les vies sont vécues, formant toutes ensemble les mots d'un seul texte parfait.

Écrit par : r_i_d | 31/03/2009

errances....
besos
tilk

Écrit par : tilk | 31/03/2009

le fleuve de la vie n'est pas forcémént le long fleuve tranquille, certes nous ne sommes pas égaux dans notre incarnation, devant les épreuves, les souffrances qui peuvent se présenter,

pourquoi ?

parce que chaque être humain est différent et unique, bien que nous formions un tout, et ce sont ces différences qui nous enrichissent et nous font progresser.

Le monde des subtiles harmonies il y a de quoi nous faire réver, nous pouvons nous en approcher, par nos rêves, réflexions, méditations, visualisations....

j'aime bien l'expression, le mur du son des habitudes,
mais pour les casser ses habitudes, quelquefois, je pense que le fameux "instant présent" se rappelle à nous
le vivre intensémént ici et maintenant nous est rappelé dans toutes les "traditions", il doit bien y avoir une raison.

pardon si je vous ai importuné ! c'était simplement une réflexion à "haute voix"

bien à toi Ariaga !
mariedumonde

Écrit par : mariedumonde | 31/03/2009

"Patience, elle a confiance"

Patience..
Pas- science ..
faire un pas dans la science
non pas le savoir vide de sens
mais la con -naissance qui accueille la Vie .

Comme le chercheur
qui note srupuleusement ce qu'il observe en se gardant de trop vite interpréter sachant que de ce qu'il amasse surgira un jour la clef de manière inopinée .

La vie passe là où on ne l'attend pas .

Écrit par : Lilou | 31/03/2009

Bonjour Ariaga

Lung Ta Zen déménage, si tu veux mettre le lien à jour, merci

http://lungtazen.wordpress.com/

J'ai posé ton Alambic parmi mes zafous ;)

Je t'embrasse

Écrit par : Lung Ta | 31/03/2009

Merci, ami Lung Ta, je vais le faire immédiatement.

Écrit par : ariaga | 31/03/2009

Chère Ariaga,

Tu arrives au pied de la barrière et nul besoin d'attendre des vies hypothétiques... il suffit d'un pas pour la traverser. L'appel sincère du coeur ne reste pas sans réponse.

Écrit par : Kea | 31/03/2009

Tu écris bien Ariaga, tes mots sont beaux, meme si je comprend pas tout...
tu me connais, moi, le vieux loup....
je t'embrasse bien fort !

Écrit par : le Pierrot | 31/03/2009

@ Jack Maudelaire, je crois qu'il va falloir attendre un bon moment pour le secret de l'éternité...

Écrit par : ariaga | 31/03/2009

@ Elisabeth; tu sais j'exprime surtout mes rêves les plus fous.

Écrit par : ariaga | 31/03/2009

@ Jib, on part tout de suite et le voyage n'a pas de prix.

Écrit par : ariaga | 31/03/2009

Patience, maître mot, laissons couler.

Écrit par : la Mère Castor | 31/03/2009

Et ravie de te retrouver, à nul(le) autre pareille.

Écrit par : la Mère Castor | 31/03/2009

@ r-i-d, je te reercie pour ton remarquable commentaire que j'invite tout le monde à lire.

Écrit par : ariaga | 31/03/2009

@ Tilk je suis heureuse quand tes errances te conduisent à pousser la porte du laboratoire.

Écrit par : ariaga | 31/03/2009

Qui est donc celle-là ? C'est un peu de nous tous, non ? Je t'embrasse Ariaga et que peu à peu nous passions les transformations pour arriver à ce que finalement nous sommes !

Écrit par : Chris-Tian Vidal | 01/04/2009

@ Mariedumonde, Je te remercie pour ce commentaire qui me fait ressentir que dans le fleuve de la vie il y a des gouttes qui sont plus proches que d'autres.

Écrit par : ariaga | 01/04/2009

@ Lilou (Lise) moi, éternel chercheur, j'ajoute toujours ce que tu écris à la totalité des connaissances que j'ai pu acquérir. Comme je le disais à Mariedumonde il y a des gouttes d'eau qui comptent...

Écrit par : ariaga | 01/04/2009

Elle peut s'y entrainer par le rêve éveillé, non ?

Écrit par : Mû | 01/04/2009

@ Kea, je crois que je suis née avec l'idée qu'une vie ne suffirait pas. Qu'une vie cela n'avait pas de sens. mais ce n'est que quelque chose d'inscrit en moi, et aussi une profonde intuition et je n'ai pas d'arguments rationnels pour justifier ce que, comme le disait Jung " je ne crois pas, je sais, je sens".

Écrit par : ariaga | 01/04/2009

@ le Pierrot, cher "vieux loup", je suis très sensible à ce que tu dis dans ton commentaire. Pas besoin d'en dire plus, ce ne seraient que paroles creuses.

Écrit par : ariaga | 01/04/2009

Je comprends ton point de vue Ariaga, qui est très alléchant en fait, mais pour moi, lorque je pense à mon prochain repas, c'est sans doute que celui-ci ne me satisfait pas du tout et si j'espère en des lendemains c'est sans doute que maintenant je ne m'amuse pas. Sinon, je n'y pense même pas.

M'assurer de savourer le moment présent à fond, en retirer le maximum, et pour le reste je verrai bien.

Ceci est une simple réflexion chère Ariaga.

Écrit par : Kea | 01/04/2009

@ Kea, Je t'assure, et je l'ai dit souvent sur ce blog, que l'instant présent, le ici et maintenant, est le plus important dans ma vie. Au fond, je raisonne comme toi, je verrai et je ne me fais pas de souci puisque je "sais" je sens"où est l'horizon de la traversée. Merci pour ta participation si intéressante.

Écrit par : ariaga | 01/04/2009

Tu sais déjà combien je goûte tes pensées, ton écriture... tu connais aussi notre promixité d'âme au-delà même des mots... aussi te dirais-je seulement aujourd'hui, que la confiance et la patience sont des trésors inestimables que tu possèdes déjà depuis longtemps et qu'avec ces trésors les parcours les plus compliqués, les habitudes les plus ancrées, finissent toujours par fondre comme neige sous le soleil...
Je t'embrasse très très fort.

Écrit par : Muttifree | 01/04/2009

Ajouter ma pierre à ces commentaires si bien construits, c'est difficile pour moi ! Je ne peux que te souhaiter beaucoup de patience pour arriver à cette belle perspective.
Bisous Ariaga

Écrit par : danae | 02/04/2009

@ La Mère Castor, je te retourne le "à nulle autre pareille", tu es en train de construire une véritable "oeuvre" poétique sur ton blog.

Écrit par : ariaga | 03/04/2009

@ Chris-Tian vidal, tu as raison celle là , celle qui est là, est une totalité dans la Totalité. Elle évolue vers ce qui est déjà là.

Écrit par : ariaga | 03/04/2009

@ Mû, le rêve éveillé est une très bonne technique pour faire émerger des contenus de l'inconscient mais je pense que l'entrainement au travail de l'alchimie spirituelle se fait plutôt dans la vie quotidienne. C'est le conscient qui médite sur les enseignements de l'inconscient.

Écrit par : ariaga | 03/04/2009

@ Muttifree, même si je crois que tu m'idéalise, ta confiance et ton amitié, ta qualité d'âme, tout cela me réchauffe quand vient le frisson au moment où la nuit tombe.

Écrit par : ariaga | 03/04/2009

@ Danae, ta modestie m'inquiète. Je crois qu'il va falloir constituer un comité de soutient des défenseurs de l'ego de Danae. Ce serait sympa, non ?

Écrit par : ariaga | 03/04/2009

Et si c'était bien plus simple que ça, Ariaga. Et si la solution était dans la jouissance absolue du moment présent. Ou dans l'acceptation du moment qui se vit, qu'on en retire plaisir ou souffrance. Peut-être qu'il s'agit de vivre et non pas de penser ce que pourrait être ce moment si vous étiez autrement ? Suis-je hors sujet ? Peu importe, c'est ce que vos mots ont chez moi suscité de réflexion !

Écrit par : Gicerilla | 04/04/2009

@ Gicerilla , tu es tout à fait dans le sujet, cette distillation des vies se fait instant par instant, qu'il soit "bon" ou "mauvais" (si tant est que ces termes aient un sens univoque). Chaque pensée, aussi, contribue à l'oeuvre de la vie. Et puis, tu sais ce n'est que poésie ! Merci pour ton commentaire.

Écrit par : ariaga | 04/04/2009