UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Chemin de vie | Page d'accueil | Cuisine et alchimie »

30/05/2014

Pensées bulles

écriture,pensée,philosophie,société, culture,spiritualité,photo

En ce moment je me sens un peu comme si j'étais enfermée sous la banquise mais je creuse des trous pour respirer et il s'en échappe des bulles de pensée. En voici quelques unes, très brèves, ce qui est normal car le froid les a fait se contracter. La photo bandeau, c'est juste pour faire joli ...

Aimer ce qui a lieu plutôt que de regretter ce qui a eu lieu ou de rêver à ce qui sera.

***

L'ataraxie (absence de trouble) est un frein à l'alchimie spirituelle.

***

On se nie soi même quand, pour être apprécié, on tente de ressembler aux autres.

***

Quand le mot s'échappe de notre mental, il nous écrit.

***

Ariaga

Commentaires

Et bien en voilà une qui sait bien coincer la bulle ! Elles sont irisées de lumière, évanescentes, tes poumons sont beaux ! Je ne passe pas le balai par ici, même tes poussières sont précieuses... :) Bises bien propres Ariaga !

Écrit par : Hortense | 30/05/2014

Ariaga j'essaie de pratiquer le "un" et j'adhère totalement au troisième et au dernier Je ne saisis pas vraiment le second

Écrit par : Old Nut | 30/05/2014

"Aimer ce qui a lieu plutôt que de regretter ce qui a eu lieu ou de rêver à ce qui sera."
Voilà qui me convient pour ce jour, une variante joliment écrite de "vivre l'instant présent"!

Écrit par : Louis-Paul | 31/05/2014

J'aime ces bulles de pensée ! :-)

Elles sont belles et justes, la première et les deux dernières en tout cas, car la deuxième je ne la comprends pas...

Que signifie cette deuxième phrase ?...

C'est quoi l' "alchimie spirituelle" pour vous ?...

Au plaisir.

Écrit par : Cédric | 31/05/2014

Hic et nunc, de motu propio, sui generis
merci pour la seconde je crois qu'elle va faire couler de l'encre!
tu vois je fais court.

Écrit par : Thierry | 31/05/2014

@ Old Nut et Cédric, vous semblez avoir quelques problèmes avec l'ataraxie. Pour faire bref, l'ataraxie (du grec ataraxia) est un état, dont ont parlé des philosophes grecs de l'antiquité, de profonde quiétude, sans trouble ni douleur, censé procurer le bonheur. Pour moi, je pense que c'est très ennuyeux et peu constructif.

Écrit par : Ariaga | 31/05/2014

@ Cedric, l'alchimie spirituelle, est le travail quotidien intérieur qui fait que nous évoluons. C'est très réducteur ce que je te dis là mais c'est ce qui me viens en ce moment où je te réponds.

Écrit par : Ariaga | 31/05/2014

@ Hortense, on ne m'avais encore jamais dit que j'avais de beaux poumons, j'en suis si émue que j'en perds un peu l'inspir !

Écrit par : Ariaga | 31/05/2014

@ Louis-Paul, j'ai mis très longtemps à arriver à cette "pensée" et il y a encore des jours où j'oublie de l'appliquer ...

Écrit par : Ariaga | 31/05/2014

@ Thierry, et si tu développais un peu plus ? Ton absence d'ataraxie me manque !

Écrit par : Ariaga | 31/05/2014

Vers quoi voulez-vous "évoluer" si ce n'est pas vers l' "ataraxie" ?...

Ceci dit pour moi il n'y a pas de chemin, aucun choix nulle part...

Nous sommes ce qu'on ne peut s'empêcher d'être, pas de libre arbitre. :-)


Vouloir sortir du trouble produit davantage de trouble, nourrit le trouble...

Je dirais donc : c'est l' "alchimie spirituelle" (selon votre définition) qui est un frein à l'ataraxie.

Au plaisir. :-)

Écrit par : Cédric | 31/05/2014

@ Cedric, on bloque car je ne crois pas à la prédestination ! Mais pour moi toutes les idées sont intéressantes car l'homogénéisation c'est la mort. Merci pour ta participation à la vie du Laboratoire.

Écrit par : Ariaga | 31/05/2014

de turbidus et turbulentus, Troubles, turpitudes, turbidité, mais aussi émotions, réactivité et sensibilité, écoute et ressenti, écho et sens , étreinte pas éreintante.
ah la conversion ne se fait que sur la pente avec la notion de gravité et comme la prise de carre (pas de quart) il faut veiller et surveiller pour contrôler ce qui risquerait sinon de nous emporter trop loin.
Ordo ab chaos en quelque sorte, voir clair et prendre du recul, s'extraire de la mêlée après y avoir trempé bouillonnant d'idées et de sensations.
Touché et douché par le trouble, la turbulence qui vivifie et anime, fouette et réveille, secoue et crée.

Écrit par : Thierry | 31/05/2014

Le trouble m'envahit, il m'enhardit et me ranime, me picote et m'asticote, me tricote de nouveaux liens , pour mon bien me met en mouvement et dynamise ma pensée mais aussi mon regard critique et introspectif, foin des certitudes sur lesquelles je me reposait précédemment, il me faut ardemment aller de l'avant à la rencontre de nouvelles expériences et sortir de moi en quelque sorte , extirper ou ex penser.

Écrit par : Thierry | 31/05/2014

Le trouble n'est pas qu'en surface
qui riderait alors une partie de ma face
le trouble rarement ne s'efface
qui monte des profondeurs et ressasse
il est comme ces points chauds
du magma qui convulse et convecte
depuis le manteau et fait des trouées
il faut me jeter en somme des bouées
je ne suis pas un notonecte
si le silence me perturbe
dans les grandes profondeurs
c'est qu'il y a là une sacrée clameur
qui me dira d'où monte mon trouble
pas seulement un effet du couple

Écrit par : Thierry | 31/05/2014

"Quand le mot s'échappe de notre mental, il nous écrit."
J'aime beaucoup cette pensée, Ariaga. En fait, le mot non dicté par notre mental est un message, oui, il n'est pas dicté par notre ego, il est spontané, il est "nous", il est vrai, et il est bon de l'écouter.
Belle soirée à toi, Ariaga.

Écrit par : Françoise | 31/05/2014

Moi non plus je ne crois pas à la prédestination.

Rien n'est prédéterminé mais tout se détermine sans cesse... :-)

Écrit par : Cédric | 01/06/2014

Quand la tarasque ski c'est que nous sommes sur un versant dangereux
la bourrasque n'est pas loin et avec elle les frasques qui rempliront les vasques haut sans faire de nous des découvreurs de vérité

Écrit par : Thierry | 01/06/2014

si j'aime mental c'est pour ces trous qui font percer la sincérité mais aussi sourdre le doute

Écrit par : Thierry | 01/06/2014

@ Thierry, je te retrouve ...

Écrit par : Ariaga | 01/06/2014

@ Françoise, le mot qui échappe aux codes du mental est un peu comme le discours du rêve.

Écrit par : Ariaga | 01/06/2014

A lire la pertinence de ces pensées, je trouve que tu es plutôt suroxygénée !... ;-) Bises, chère Ariaga

Écrit par : Phène | 02/06/2014

J'aime beaucoup toutes ces phrases. Chacune donne à réfléchir. Bravo Ariaga. Que de belles et profondes réflexions.

Écrit par : Daniel | 02/06/2014

Il vaut quand même mieux ressembler aux autres que ressembler à rien du tout ;-)
Bisous Ariaga !

Écrit par : _Petit Sucre_ | 02/06/2014

La première bulle me parle bien... Belle journée ensoleillée Ariaga. brigitte

Écrit par : Plumes d Anges | 02/06/2014

@ ARIAGA À TOUS, manque de temps aujourd'hui mais je suis réchauffée sous ma banquise par la pertinence et la gentillesse des commentaires sur mes bulles. À demain.

Écrit par : Ariaga | 02/06/2014

Aujourd'hui, j'oserai ne pas rester seulement lecteur...
Il me semble que le Souffle s'exprime dans le froid sous la banquise en provoquant le dégagement des bulles de pensée qu'il suffit d'observer quand elles éclatent à la surface, en délivrant le message.
Quand l'ataraxie sera sentie au fond, il n'y aura plus de frein pour venir respirer en surface et s'éclater dans " sa propre bulle " qui n'est pas semblable à celle des autres....

Bonne journée, Ariaga !

Écrit par : Icare | 03/06/2014

@ Phène, c'est parce que j'ai emporté une bouteille d'oxygène alchimique sous la glace ...

Écrit par : Ariaga | 03/06/2014

@ Daniel, c'est trop, tu me fais rougir (mais pas rugir pour adopter le style de l'ami Thierry)

Écrit par : Ariaga | 03/06/2014

@ Petit sucre, on ne ressemble jamais à rien du tout !

Écrit par : Ariaga | 03/06/2014

@ Plumes d'Anges, alors attrape la et garde la dans ta main près de ton cœur.

Écrit par : Ariaga | 03/06/2014

@ Icare, il faut oser, surtout quand on a des choses aussi intéressantes à écrire. J'espère que ce ne sera pas juste une bulle ...

Écrit par : Ariaga | 03/06/2014

Coucou Ariaga, J'ai déjà coincé la bulle sous la glace (en plongée) mais je n'avais pas fait de trous pour qu'elle s'échappe !
Aimons le moment présent plutôt que de rêver à l'avenir. C'est plus sage. Je te remercie d'avoir été petit oiseau posé sur nos épaules lors de notre promenade à l'île de Sein. C'est aussi un moment passé que j'ai aimé.
Je t'embrasse.

Écrit par : danae | 03/06/2014

@ Danae, sur un autre plan de conscience je suis certaine que tu as entendu mes joyeuses trilles !

Écrit par : Ariaga | 03/06/2014

Entre deux eaux je ne suis pas devin mais je flotte, pas une bouée, pas roué , je bulle consciencieusement et même délicieusement , je voisine avec des batraciens et des libellules, quelques hérons cendrés aussi mais pas sans traits... d'humour , bref un cocktail aquatique mais sans tuba
pas comme Scaron planqué dans les roseaux avant l'heure des réseaux puis perclus de ...rhumatismes déformants.

Écrit par : Thierry | 04/06/2014

Bonjour !
La réflexion bulleusement subaquatique te va bien...
Me voilà rassurée : je n'ai absolument aucun frein à l'alchimie spirituelle ! Oh yessss ! :-)
La négation de soi est un fléau qui n'a pas fini de savourer ses heures glorieuses... hélas.
Tu peux sortir et te sécher au soleil, vite, vite, l'été est revenu mais il ne dure pas... ^^
Zoubis aériens xoxoox

Écrit par : Khayaa | 06/06/2014

Des petites bulles qui s'élèvent et qui s'échappent par la fenêtre pour venir jusqu'à nous. Bonne nuit.

Écrit par : elisabeth | 06/06/2014

@ Khayaa, vas y a fond et sois douce avec toi même.

Écrit par : Ariaga | 07/06/2014

@ Élisabeth, j'espère que mes bulles te seront légères et viendront te donner de beaux rêves.

Écrit par : Ariaga | 07/06/2014

Je suis revenue lire tes jolies bulles de pensées.
Je suppose que ta banquise a fondu et que maintenant tu as trop chaud ... à moins que tu ne sois déjà prise dans la tourmente orageuse.
Je te souhaite en tout cas la soirée belle.
Bisous du dimanche Ariaga!

Écrit par : _Petit Sucre_ | 08/06/2014

j'aime la dernière bulle....

Écrit par : Hélène | 08/06/2014

Étant moi-même « cuisinier » par goût, j’ai beaucoup apprécié cette note. Le parallèle entre cuisine et alchimie est pour moi évident : divers éléments sont mélangés, concoctés, et la magie fait ressortir tout autre chose, n’ayant ni le même aspect, ni la même saveur, et provoquant des rêves différents… Et tout humain, inconsciemment, est profondément influencé par son histoire culinaire intime.

Écrit par : ÉPHÊME | 26/06/2014