UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Être un jardinier | Page d'accueil | Programmes et bonnes résolutions »

18/02/2015

Une force de la Nature

citation,Jung,nature,société,culture,philosophie,photo,Claire Dunne

Je pense que, pour gravir les marches qui montent (ou descendent) vers la dernière porte il est bon de se sentir porté par les bras puissants de notre Mère la Nature. Cette démarche peut isoler, surtout dans notre monde de plus en plus artificiel et virtuel et il arrive que je me sente un peu solitaire. Je ne suis certainement pas la seule dans ce cas et je vous propose aujourd'hui cette citation de Jung qui se trouve dans le préambule du Livre de Claire Dunne intitulé Carl Gustav Jung Guérisseur blessé de l'âme. Ariaga.

***

" C'est vrai, une force de la nature s'exprime en moi - je ne suis qu'un conduit ... J'imagine que, dans bien des cas, je pourrais vous paraître sinistre. Si, par exemple, la vie vous a mené à adopter une attitude artificielle, vous n'allez pas pouvoir me supporter car je suis un être naturel. Ma présence même cristallise ; je suis un ferment. Je suis perçu comme un danger par l'inconscient des gens qui vivent d'une manière artificielle. Tout en moi les irrite, ma façon de parler, ma façon de rire ...

Ils sentent la nature. "

C.G.JUNG

 

Commentaires

Ils sentent l'AUTHENTIQUE surtout ! Tiens, cela me rappelle Alceste, le "Misanthrope"... Ce qu'on appelle "Nature" n'est-il pas plutôt l'Etre Pur ?

Écrit par : Aloysia | 18/02/2015

.. Je me suis avancée : disons "brut" !!

Écrit par : Aloysia | 18/02/2015

Pour sur un conduit plein de vie... qui ne demande qu'à honorer dame Nature... Que ses bras puissants nous mènent vers nos ciels intimes... :) Bises Ariaga

Écrit par : Hortense | 18/02/2015

dieu que cette phrase de young est belle et nous explique bien des choses quand nous croisons certains êtres merci de nous la faire connaitre. j'ai enfin trouvé comment te faire des mots alors je suis contente car l'autre jour j'ai voulu te remercier quand je parlais dela cloture de mon livre et qu'ensuite je faisais des gammes . nous faisons des gammes toute notre vie et j'ai trouvé çà si juste merci pour cela aussi .
que tes balades à dame nature soit bonne en attendant je t'embrasse. à bient^to

Écrit par : lamangou | 18/02/2015

"Je suis un ferment" : très juste expression. J 'adhère complètement.
cassiopee.binhoster.com

Écrit par : Sedna | 19/02/2015

Ma première vision d'une force de la nature c'est Anthony Quinn avec Giulietta Masina dans le film de Fellini "la Strada" dans les années fortes du réalisme italien - avant que la reconstruzione lance ces bandes d'asphaltes dans la péninsule celle des auto stratta, stretta- quand Gelsomina accompagne (plutôt de force et dans un inconfort évident) ce rustre costaud de Zampano.

Je ne sais si c'est la 11 ème porte et l'Ensoph ? et ne veux le savoir.

Fils de la nature à nous de ne pas baisser les bras dans les moments cruciaux et de nous libérer de nos chaines si c'est un temps soit peu possible!

Chassez le naturel ce n'est pas un galop d'essai, pas plus que Dominique Paturel dans "le chevalier de maison rouge" qui donne la réplique avant que la République à michel le Royer!

Mais n'est ce pas dans la solitude de notre chambre que nous nous trouvons...le plus et le mieux pour plagier Pascal ?

On peut ne voir que le feuillage qui semble communion avec le ciel et semble faire la synthèse, et pas que sur la photo, pourtant c'est dans l'invisible et le souterrain que les soubassements créent et associent dans la symbiose des espèces, dans le kaléidoscope de la nature, que naissent l'espoir et la construction du temps.

Écrit par : Thierry | 19/02/2015

Ah sans être oracle ni racler les fonds de terroir ou faire le dos rond comme les Dolmen, sans porter le Dolman, que je me sens proche de karl Gustav mais aussi de Thoreau et d'Emerson (pas Fittipaldi) à la fois dans la résistance farouche au troupeau que je veux juste retenir au bord de l'abime, dans la rébelion passive , pas celle du tabellion, qui en annonce d'autres et dans la recherche du contact épanouissant qui saisit et délivre.

La fermentation comme nous la montré une auguste visiteuse du soir est un principe souverain et ancien qui porte en lui l'accomplissement de la matière dans une métamorphose, pas seulement des oses, qui confie et confit (pas tes ors) préserve et protège, prépare et autonomise dans la durée (pas la purée).

Écrit par : Thierry | 19/02/2015

La nature n'est pas un refuge, elle est partout et pas toujours appréciée à sa juste valeur. Je crois que se sont les vues qu'on lui porte qui gêne, pas tellement d'y être et de vouloir vivre près d'une prairie ou d'une forêt. J'ai travaillé dans les Espaces Verts et il y a une mentalité commune aux jardiniers et aménageurs paysagers : on ne pense pas à la place de la nature. Il y a un pied d'égalité à maintenir, une force naturelle à apprivoiser contre sa pulsion bien pensante souvent auto-destructrice, une attache à rediriger pour ne pas se couper trop longtemps de nos êtres chers. J'aurai choisis un ginkgo pour m'illustrer (rires). Qu'il est bon de voir cette nature comme une promenade dans son inconscient, c'est forcément bénéfique. J'aurai bien aimé savoir où Jung allait poser ses pieds pour hanter nos pensées.

Écrit par : Aurélie | 19/02/2015

Puis-je me laisser aller à dire ce que ça m'évoque, même si je n'ai pas de réelle connaissance de l'oeuvre de C.G.JUNG ?...

Il semble que Jung ait fortement ressenti sa collaboration avec les forces de la Nature, notre Mère Matérielle, dans sa collaboration avec la Mère Universelle. Il était certainement fortement en écho avec l'âme véritable de la Terre (ferment qui permet la cristallisation) et en étroite union avec la Mère universelle.La Nature s'emplit alors d'une Présence plus formidable pour que la terre s'ouvre à la divinité. Les gens artificiels sentent le soulèvement qui se prépare...La Nature sera la manifestation vivante du Dieu secret....

Écrit par : Icare | 19/02/2015

Çà devient hermétique mais temps que ce n'est pas à double tour et que la clanche peut encore faire jouer le penne !

Merci à Icare de faire voler d'aussi belles phrases en phase, et à Aurélie de souligner, après les topiaires qui vont souvent par paire, l'ancestralité du couvert végétal et de son effet sur nous, effet mémoriel, psycho généalogique , cette empreinte profonde qui nous lie.

Eh puis comme on descend de l'arbre, via le singe ...l'empreinte en est restée!

Écrit par : Thierry | 19/02/2015

@ Aloysia, pour moi, la nature n'est pas "pure" mais l'esprit cosmique qui meut la matière on peut le penser ...

Écrit par : Ariaga | 19/02/2015

@ Hortense, j'apprécie beaucoup ton commentaire ...

Écrit par : Ariaga | 19/02/2015

@ Lamangou, c'est vrai qu'il y a des êtres qui impressionnent et qui sont d'un abord difficile. La phrase de Jung aide à mieux les comprendre.

Écrit par : Ariaga | 19/02/2015

Nature et artifice ne font pas bon ménage ; celui qui sait regarder et entendre la nature l'a bien compris, et les peintres sont de cela tout comme Renoir qui écrivait : "Vous arrivez devant la nature avec des théories, la nature flanque tout par terre. "
Je trouve que ces mots de Renoir tout à fait en symbiose avec votre note chère Ariaga.
Merci.

Écrit par : Maria-D | 19/02/2015

J'avais également noté cette phrase dans le livre...très bon livre d'ailleurs !
Amitiés.

Écrit par : La Licorne | 19/02/2015

J'avais également repéré cette phrase dans le livre...
Un très bon livre, d'ailleurs !

Ah...il faut rappeler aussi que Jung n'avait rien d'un être "éthéré"...il était grand, costaud...mangeait un peu trop, riait trop fort...et piquait des colères ...monumentales !
Un être "nature", quoi ! :-)

Écrit par : La Licorne | 19/02/2015

j'en aurais bien besoin en ce moment des forces de la nature...
besos
tilk

Écrit par : tilk | 20/02/2015

@ Sedna, oui, une fermentation alchimique ...

Écrit par : Ariaga | 20/02/2015

@ Tilk, tu vas les recevoir, demande très fort car elles sont à la disposition de tous.

Écrit par : Ariaga | 20/02/2015

@ La Licorne, en effet il était grand mangeur, bon buveur à certaines époques, colérique et j'en passe !!!...

Écrit par : Ariaga | 20/02/2015

@ Thierry belle réponse à ICARE ET AURELIE. Je laisse un peu reposer les mots avant de leur répondre moi même.

Écrit par : Ariaga | 20/02/2015

Désolé Ariaga de m'être comporté comme l'hôte de ces lieux, qui suis je modeste vert de terre pour porter ce regard.
J'ai besoin de repos et les vacances présentes ne sont pas de tout repos!

Écrit par : Thierry | 20/02/2015

@ Thierry, tu n'as pas à être désolé, au contraire, comme je suis assez souvent fatiguée ta manière, en compagnie de quelques autres, qui se reconnaitront, d'"animer" la Laboratoire est pour moi une aide précieuse. Prend soins de toi.

Écrit par : Ariaga | 21/02/2015

Je suis loin d'être une force de la nature ! Mais je la recherche toujours car je sais qu'elle me donne l'énergie dont j'ai besoin e qu'elle me rééquilibre. C'est encore mieux qu'un médicament !

Écrit par : Daniel | 21/02/2015

Merci Ariaga de ta gentillesse et compréhension, et cette animation dont tu parles, cette âme qui materne n'est pas terne mais parfois trop brillante et je me méfie des éclats, même de cacao dans le chocolat!
On voudrait s'économiser mais tu sais ce que c'est, parfois à trop miser et pas sur des tapis verts on finit atomisé.
L'énergie est bien là dans une forte pulsation et l'inspiration puise à grand seaux dans les souvenirs qui débordent et ne peuvent se contenir, de là à convenir à une période féconde quand la faconde pique sa ronde!
Non c'est un moment particulier d'écriture avec, je te le cède, moult hésitations.

Écrit par : Thierry | 21/02/2015

@ Aurelie, j'apprécie ce que tu écris :la nature est partout. En effet, elle est dans les pierres des maisons, dans le bois des meubles, dans une plante verte que nous soignons et surtout nous faisons partie de la nature.

Écrit par : Ariaga | 21/02/2015

@ Icare, je suis en harmonie avec ce que tu écris. Merci.

Écrit par : Ariaga | 21/02/2015

@ Maria-D, en effet, cette citation me parle.

Écrit par : Ariaga | 21/02/2015

Bonsoir Ariaga, je crois que nous avons la chance de ne pas vivre dans des villes encombrées et nous restons plus proches de la nature, ce qui apporte une belle énergie. Ton arbre est magnifique, j'ai envie de grimper les marches avec toi. Je t'embrasse.

Écrit par : danae | 21/02/2015

J'adhère pleinement à ce texte car quand je marche la nature me porte.....

Écrit par : Old nut/Ulysse | 21/02/2015

@ Old Nut, quand nous nous laissons aller, la nature nous perte dans ses bras maternels.

Écrit par : Ariaga | 22/02/2015

@ Danae, nous allons nous installer une petite cabane dans l'arbre.

Écrit par : Ariaga | 22/02/2015

Et la nature revient au galop... Quand on n'est pas dans le même conduit, on ne peut pas se rencontrer. Merci Ariaga.

Écrit par : elisabeth | 23/02/2015

@ Élisabeth, très juste l'allusion au conduit.

Écrit par : Ariaga | 23/02/2015

et si c'est un sauf conduit, presque un blanc seing , c'est mieux qu'un ausweiB ;)

Écrit par : Thierry | 23/02/2015

Nous sommes des passagers dans la Nature....

Écrit par : Hécate | 03/03/2015