UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Des petites phrases... | Page d'accueil | Silence... »

11/07/2016

Respiration cosmique

écriture,poésie,philosophie,pensées,spiritualité,photo,culture

Marée-basse. Ariaga

 

Quand le caquetage mental se sera enfin retiré,

comme une grande marée,

je pourrai peut-être entendre la respiration cosmique,

au moment du dernier mot.

Ariaga

Commentaires

Très belle phrase. Je ne prends pas "le dernier mot" comme équivalent de "dernier souffle" mais comme aller au delà du mental, de l'intellect.
S'asseoir en silence, admirer, rendre grâce au monde, accepter ce qui nous paraît des imperfections, comme ce caquetage, accueillir et alors, parfois, pour un temps hors temps, nous sommes cette respiration cosmique, tout est juste, tout est à sa place, il n'y a rien à changer, rien à bouger
et parfois
on bouge
et on revient à notre caquetage si usant mais peut-être rassurant, habitués que nous y sommes, et si peu familiarisés avec l'immensité qu'elle peut nous donner le vertige.
Zhaozhou nous donnait ce conseil pour rester dans ce souffle universel :
"Que faire quand on a tout lâché ? Lâcher cela aussi !"

Je t'embrasse et te souhaite le meilleur "malgré tous les malgré" comme dirait l'amie Nad ;-)

Écrit par : Frédéric | 11/07/2016

le commentaire au dessus est puissant et je lui laisse sa grande force
car pour une femme si à l'écoute de l'insconscient le dernier , et le dernier souffle pour le commun des mortel c'est une grande proximité.
et même des livres sont édités avec ce titre.
je voulais juste t'envoyer cette remarque car ayant passé pendant un an dans un goulet pas des joiasses parties, seule à bord du navire je veillais à faire gaffe aux mots proches du dernier tant à certains moments je me sentais vacillée sur un ponton prête à enforcher la barque de caron , y être forcé , ou le voi$uloir parfois cela se chevauchait .
le faire des mandalas de Young plusieurs fois par jours m'ont beaucoup aidé à déposé ce que je ne désitrai voir se traverser en moi en l'acceuillant cependant
alors je reprends les mots de ton ami. et je te félicite de l'avoir exprimer.
les blogs sont aussi là pour communiquer entre personnes de sensiblité et terres à pensées profondes denses et poétiques...

Zhaozhou nous donnait ce conseil pour rester dans ce souffle universel :
"Que faire quand on a tout lâché ? Lâcher cela aussi !"

belle journée à toi

Écrit par : lamangou | 11/07/2016

juste une repreise de mon debut de commentaire
"le commentaire au dessus est puissant et je lui laisse sa grande force
car pour une femme si à l'écoute de l'insconscient le dernier , et le dernier souffle pour le commun des mortel c'est une grande proximité.
et même des livres sont édités avec ce titre."
le dernier mot .
belle journée, apaisement, douceur du vent dans les branches qui te calinent

Écrit par : lamangou | 11/07/2016

Au cœur même du "caquetage mental" !

Écrit par : Miche | 11/07/2016

Bonjour amie,
je vois que tu ne m'oublies pas ...
La vie finit toujours par avoir "le dernier mot" ....
Bon après-midi
Daniel

Écrit par : dany2121 | 11/07/2016

La photo est merveilleuse, et le texte puissant... Magnifique, Ariaga, magique !

Écrit par : Aloysia | 11/07/2016

Derrière le caquetage mental, le Silence...
Le Silence de ce qui Est
qui contemple le va-et-vient de nos marées intérieures...

Il suffit de s'asseoir sur une plage pour avoir déjà une idée
de cette grande Respiration...

Bonne méditation estivale !

Bises amicales.

Écrit par : La Licorne | 11/07/2016

Le silence pour mieux respirer son intérieur.. Belle image et si bien interprétée par tes mots forts.

Écrit par : Sedna | 11/07/2016

J'ADORE cette photo! Purée je suis vraiment contente de cette décision que tu as prise de poster ainsi, ça me plaît énormément!
Puisse ton caquetage mental arriver à se retirer comme une puissante marée et t'apporter calme et sérénité.. Même si ça ne dure pas aussi longtemps que tu le voudrais.
Je te fais des bisous

Écrit par : Ambre Neige | 11/07/2016

Frédéric: merci ;-) ;-) ;-)

Écrit par : Ambre Neige | 11/07/2016

je préfère le vol ailleurs au vu des marées comiques

Écrit par : Une autre sorcière | 11/07/2016

refrain :« [...], Lautréamont les chants de Maldoror, tu n'aimes pas moi j'adore. »
HH

Écrit par : henri | 11/07/2016

Une invasion de paroles

tente d'assiéger le silence,

mais, comme toujours, échoue.

Elle essaie alors de coincer les choses

qui habitent le silence,

mais n'y arrive pas davantage.




Elle va finalement encercler les paroles

qui cohabitent avec le silence,

alors se produit l'imprévu:

le silence se convertit en paroles

pour mieux protéger les paroles

qui cohabitent avec lui.




Et pendant que l'invasion des autres paroles

se dissipe comme un souffle furtif,

l'insolite s'accomplit :

les paroles qui restent

ressemblent alors beaucoup plus au silence

qu'aux autres paroles.

.

Roberto Juarroz

Écrit par : La Licorne | 11/07/2016

La photo est belle, le texte méditatif, les commentaires passionnants et... la marée - haute et basse - me manque!

Écrit par : Louis-Paul | 12/07/2016

Votre passage sur mon blog n'a rien d'un caquetage, mais il est bien une preuve d’amitié qui me touche beaucoup, en cette longue période de convalescence qu'il me faudra conclure de belle façon, par un retour au land art dans quelques mois.
Bel été à vous.
Amitiés.

Écrit par : roger DAUTAIS | 12/07/2016

j'avais fait mon paquetage bancal
mais mal amarré mes effets..sonores
impedimenta sans sédimentation
plus moyen de passer à l'action
je me sentais dans le vague
et tenter sans tâter en hâte
cela avait il un sens
il fallait le repli en guise de solution
non pour tout diluer et ne rien éluder
pas ludion j'étais comme un pion envasé
évasé c'est pas le col que je me sortirai du sol
mais si me lance ainsi sans à propos
comment m'adosser encore au réel

Écrit par : Thierry | 12/07/2016

@ Frédéric, merci pour ton commentaire qui est un véritable enseignement pour tous.

Écrit par : Ariaga | 13/07/2016

@ Lamangou, ton commentaire qui fait suite à celui de Frédéric montre bien que, même si beaucoup les abandonnent pour d'autres supports, sont encore un lieu de rencontres en pensée. Cela justifie que ce blog soit un "laboratoire" au sens alchimique du terme.

Écrit par : Ariaga | 13/07/2016

@ Dany 21 22, je n'oublie personne, c'est la santé qui m'oublie !

Écrit par : Ariaga | 13/07/2016

@ Merci fidèle Aloysia, tes compliments me touchent car je sais que tes mots ne sont pas juste des mots ...

Écrit par : Ariaga | 13/07/2016

Belle photo : un beau tableau où l'on respire

Écrit par : Francine | 14/07/2016

Tes photos sont très belles et tes mots suffisent à nous rendre heureux quelques minutes. Bonne continuation.

Écrit par : elisabeth | 14/07/2016

@ La Licorne, merci pour ton passage, et en particulier pour ce beau poème de Roberto Juarroz qui parle des paroles et du silence comme j'aurais aimé en parler ...

Écrit par : Ariaga | 14/07/2016

@ Sedna, nous vibrons sur la même longueur d'onde, je viens de lire ton dernier poème ...

Écrit par : Ariaga | 14/07/2016

@ Ambreneige, même si c'est par courtes tranches que je me mets devant l'ordi cela me fait du bien. Merci pour tous tes encouragements.

Écrit par : Ariaga | 14/07/2016

@ Henri, mystérieux inconnu qui cite Lautréamont que j'adore, merci de la visite.

Écrit par : Ariaga | 14/07/2016

@ Louis-Paul, moi aussi la marée ma manque un peu mais peu importe où on se trouve si on est près de ceux que l'on aime.

Écrit par : Ariaga | 15/07/2016

@ roger DAUTAIS, j'espère que vous allez vous remettre et pouvoir à nouveau pratiquer votre art car je suis très admiratrice de vos œuvres.

Écrit par : Ariaga | 15/07/2016