UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« C. G. JUNG : accusation de désamour | Page d'accueil | Le bruit de la Nature »

30/07/2007

SILENCE, méditation, transmutation.

78294a93384875aece4e917783f2b0bb.jpg

     J'éprouve aujourd'hui le besoin, qui, de temps en temps au fil des années, tombe sur moi comme une chape d'évidence, de me retirer du monde, y compris le monde virtuel, pour méditer dans le silence. Beaucoup de signes et de synchronicités que je ne voulais pas voir, de la brûlure des fièvres aux rêves récurrents, m'ont enfin remise sur une route où la spiritualité passe au premier plan. Ce n'était pas seulement Jung qui cherchait à s'exprimer mais à travers lui la longue chaîne des alchimistes et Philosophes de la Nature. Ce blog aura un an à la fin du mois de septembre et soyez certains que, bien avant cette date j'aurai fait le point et retrouvé cette joie de vivre qui ne peut venir que d'une harmonie entre l'âme et le corps, harmonie que je ne ressens pas en ce moment. Je suis certaine que le silence et la méditation, comme à chaque fois que je me suis retrouvée dans cette situation, me feront revenir vers vous et vous " inonder " de textes issus, je l'espère de la véritable profondeur qui est celle de l'Amour pour soi-même et pour les autres, c'est à dire pour la totalité de ce qui EST.

      Je dois me pencher sur la profondeur des eaux, réduire au minimum vital le feu de l'athanor, mais je serai toujours là, en silencieuse méditation, sur le banc, avec mes amis. J'espère qu'ils continueront à le faire vivre et à voyager au pays de l'imaginaire.

     Beaucoup d'inconnus, curieux du Laboratoire et surtout d'Ariaga, sont venus ces derniers temps, fréquenter ce blog. D'autres viendront peut-être  et je leur donne des liens envers quelque textes en prose ou poésie qui peuvent les aider à comprendre, si tant est qu'il y ait quelque chose à comprendre...Je vous embrasse tous amis connus et inconnus.

       Ariaga

Qui est Ariaga ? 

Eternel retour de l'Amour 

La langue des oiseaux 

Le C. G. JUNG que j'aime

La sagesse de la Nature 

Poésies d'Ariaga déjà publiées sur le blog 

 

      
 

 

Commentaires

J'ai toujours eu besoin de me réfugier dans le silence pour y chercher les non-dits...!
Le silence n'est qu'harmonie où aucune fausse note ne vient troubler cette symphonie audible par ceux qui savent écouter...!
Je me tairai pour ne pas troubler le tien.

Écrit par : grainsdesel | 30/07/2007

La vue est vertigineuse, mais ce vertige n'est rien en regard du vertige intérieur. Lors de la plongée, garde le Cœur bien accroché, chère Ariaga !

Écrit par : Arianil | 30/07/2007

Merci pour vos visites et commentaires ; mon séjour dans les Alpes durant ces quinze derniers jours m'a permis de m'éloigner un peu d'internet... j'y retourne et je retrouve ce blog avec plaisir !

Écrit par : aliscan | 30/07/2007

Je dois dire que je me sens par contre un peu perdue dans un monde où les sables sont devenues si mouvants que je finis par m'y enliser.J'ai tant perdu que je ne retrouverai pas et des nuages si sombres semblent s'accumuler dans mon ciel; oui peut être le silence et la méditation, sans doute...

Écrit par : muse | 30/07/2007

Il est en effet revivifiant de retourner à la source silencieuse des mots, qui n'est autre que la source de soi-même...

Ce Silence ne nous éloigne pas, c'est en Lui que nous serons le plus proche. :-)

Tendrement.

Écrit par : aksysmundi | 31/07/2007

Le silence est une nécessité et un besoin .
Repose-toi et ressource-toi ! à plus tard !

Écrit par : lhuna | 31/07/2007

Aujourd'hui j'ai fait une journée de silence toute simple je n'ai rien écrit...je pense passer plus de temps sur le banc à regarder la vie et puis à happer parmi les nuages ceux qui me font envie en-vie...je ne sais pas....mais je ne regrette rien et j'ai fait de belles rencontres comme ici et que ça ne s'oublie pas...

Même si la mer se retire et revient...je ne compterai plus les marées...je crois j'aimerais un coeur à écouter : le mien...lui au moins saurait les traces à laisser...mais déjà ici...

Je t'embrasse

Écrit par : Aslé | 31/07/2007

Votre démarche est saisissante et elle rappelle à certains égards certaines pratiques taoistes ou bouddhistes...Bonne chance Ariaga !

Écrit par : yubai | 01/08/2007

Ô Ariaga, entends le silence qui murmure au profond du regard posé sur le monde quand bien même tu marcherais au milieu d'une foule bruissante d'agitations multiples, au coeur du bruit, si tu te rejoins, si tu le rejoins, le Silence Est... Evidence....
Tendrement

Écrit par : Muttifree | 02/08/2007

l'harmonie entre le corps et l'esprit ... je la trouve dans le sport, le sport individuel, où je me retrouve seule, face à moi-même, avec moi-même et je m'installe dans ce corps qui, uniquement à ce moment là, m'appartient
je le guide et je le suis en même temps, je ne sais pas comment dire
biz biz, reposes toi bien

Écrit par : gaiia | 03/08/2007

Le silence n'est jamais loin. Courage!

Écrit par : Marc | 04/08/2007

je viens de revenir et te vois partie ! lorsque la pause s'impose il faut qu'elle se pose sans état d'âme, j'espère néanmoins te relire bientôt !

Écrit par : marie.l | 06/08/2007

Je me joins à ces paroles du Muttifree :

"Ô Ariaga, entends le silence qui murmure au profond du regard posé sur le monde quand bien même tu marcherais au milieu d'une foule bruissante d'agitations multiples, au coeur du bruit, si tu te rejoins, si tu le rejoins, le Silence Est... Evidence...."

Écrit par : aksysmundi | 06/08/2007

Ah, enfin !

Écrit par : jungne | 06/08/2007

La vision pénétrante et la recherche intérieure ne peut se faire qu'en solo, dans le silence et en se déconnectant de ses six portes sensorielles. Ce n'est dans ces conditions qu'on se concentre mieux, et en mieux se concentrant de voir plus clairement les choses. Amités.

Écrit par : lancelot | 06/08/2007

Quand on était enfant, on jouait au roi du silence et le jeu était sérieux, il fallait se concentrer, prendre l'aspect d'une statue... toucher celui qui, tout seul, comptait contre l'arbre et nous tournait le dos.

Adulte, on "travaille" le silence pour la recherche intérieure, on le cherche...
Ou alors, il s'impose et nous "ferme la bouche" pour de longs mutismes qui "endorment" un temps ce qui ne peut se dire. C'est le silence "pansement" en attendant la parole retrouvée.

Et puis... On s'éloigne des cours (qui ne sont plus cours de récré, mais qui sont autrement, des forums et des lieux plus ou moins virtuels).

Silence, absence "sur scène", travail intérieur...

Je découvre votre blog depuis peu. Merci du partage.

Écrit par : Mireille Disdero | 07/08/2007

...je passais...voir si tout allait bien...repose-toi beaucoup tu sais...

(et puis la nuit je garde le banc)

...

Écrit par : aslé | 08/08/2007

"Ne force pas la Nature, sinon c'est elle qui te forcera" disaient les anciens alchimistes...

Alors, laisse toi faire doucement, Ariaga, laisse entrer le silence en toi. Le silence entraîne à l'écoute, il prépare à la rencontre, à la rencontre de l'Autre mais aussi et surtout à la rencontre de soi.

"Parle, Seigneur, ton serviteur écoute", disait Samuel...
J'aime me mettre à l'écoute de ton silence, chère Ariaga : il ouvre mon coeur à tout ce que tu sais si bien nous dire au fil des mois que nous avons passés avec toi

« Ecoute, ma fille, prête l’oreille, oublie ton peuple et la maison de ton père, et le Roi sera épris de ta beauté » (Ps 114,2).

Et le Roi sera épris de ta beauté....

Écrit par : Salilus - Mulciber | 09/08/2007

un peu de chaleur tendre auour de tes epaules

Écrit par : Cile de pas si loin | 12/08/2007

J'admire cette propension à se trouver si... non, bravo, ça doit aider de... merci les pointillés, à bientôt.

Écrit par : mort shuman | 13/08/2007

Je préfère aller visiter vos blogs plutôt que de vous répondre individuellement . A la sortie du froid silence vos messages m'ont enveloppée d'une douce chaleur. Tout ce que je peux vous dire est que le silence n'est pas toujours harmonie et qu'Arianil à raison quand il dit qu'il faut avoir le Coeur bien accroché quand on veut descendre dans la profondeur. Je vous embrasse tous.

Écrit par : ariaga | 16/08/2007