UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2012-09 | Page d'accueil | 2012-11 »

28/10/2012

De peau et de Souffle

Aujourd'hui, je vous présente un texte poétique d'un très vieil ami du Laboratoire : Phène. Son blog s'appelle le petit Atelier du chercheur de Vérité, un lieu ouvert à tous ceux "qui désirent découvrir la Parole cachée au coeur des mots". C'est une belle invitation. Ariaga.

vague de la Nature.jpg

Photo Ariaga

***

 

Je suis vague et surface

mouvement et repos

d'Être

je disparais

à l'horizon de l'eau.

 

À ma

Voix

le reflet

de ma

Reconnaissance

Je

m'apparais

Nature

au coeur

Inengendré.

Phène

De peau et de Souffle

21/10/2012

Les artères de l'inconscient

img166_2.jpg

Photos ÉPHÊME et son clone.

Les habitués du Laboratoire du Rêve et de l'Alchimie Spirituelle connaissent bien ÉPHÊME. Il n'a pas de blog mais il nous fait assez souvent profiter de ses talent pour l'écriture, la peinture et la photographie. Ce qu'il nous propose aujourd'hui me semble être tout à fait en harmonie avec la psychologie des profondeurs de C.G.Jung. C'est le spéléologue qui nous interroge ... Jung, quand il a fait sa grande plongée dans l'inconscient le plus profond, n'a t-il pas lui aussi cherché des réponses ? Ariaga.

spéléologie,photo,art,poésie,voyage,Jung,philosophie,psychologie des profondeurs

    Il fait si calme que j’entends les anges dormir. Je me sens envahi de cette paix que procure la matrice de la terre, dans ces gouffres et galeries polis par l’eau têtue ciselant ses cupules douces comme le plus intime de la femme.

            J’aurais bien aimé pouvoir mener notre malicieux Carl Gustav au sommet de cette béance suspendu dans le vide, avec sa suite d’ébène s’ouvrant sur un néant mystérieux si attirant. Qu’en aurait-il pensé, comme de cette âme venue de la lumière  pour interroger l’obscurité de cette roche miroitante des souvenirs des caresses des flots aveugles ? Je subodore qu’il aurait vibré avec cette force gigantesque irradiée par les milliards de tonnes d’anciennes vies qui se sont déposées délicatement au fond des mers pour former ces calcaires obstinés, habités d’une foule d’esprits.

 

spéléologie,photo,art,poésie,voyage,jung,philosophie,psychologie des profondeurs


 Mais vous, compagnons de l’Evasion, amis du Laboratoire ou curieux de passage, que ressentez vous à l'idée de plonger dans cet univers minéral des profondeurs ? Venez vite me le dire, et je tenterai de cheminer avec vous dans ce noir phosphorescent.

ÉPHÊME

14/10/2012

Regarder un arbre

 

 

Arbre et fleurs.jpg

Photo Ariaga

Elle écrit comme j'aime écrire, des mots simples et poétiques qui demandent à être relus plusieurs fois et alors une pensée forte apparaît. C'est probablement pour cela que j'ai eu envie de la publier ici. C'est une forme de projection ... Il s'agit de Miche, auteur du blog, dans mes liens, chou-genou-caillou. Ariaga.

***

Comme la femme qui enfante, et c’est toujours la première fois

Comme l’enfant qui naît au monde du souffle

Comme l’agonisant devant le voile de la mort

Comme l’homme et la femme se rencontrent en leurs intimités

Comme le vent traverse la colonne de la flûte

Se présenter neufs de tout savoir

 Regarder un arbre, pour la première fois.

Miche

07/10/2012

Séparations ...

Les fleuves du Laboratoire.jpg

Le habitués du Laboratoire du Rêve et de l'Alchimie Spirituelle doivent se rendre compte que je suis irrégulière et un peu perturbée depuis mon retour de la Rochelle. Ariaga ne tourne pas rond ! C'est vrai, mais je crois que, avec de la patience, ces perturbations seront positives.

J'ai décidé de tourner une page douloureuse de ma vie et cela commence par un déménagement. Les déménagements, je connais, mais ici il s'agit d'aller s'installer, à la Rochelle,  pour les petits curieux qui auraient probablement trouvé la réponse tout seuls, dans un logement beaucoup plus petit. Je dois donc me séparer d'une grande partie de mes possessions pour ne garder que l'essentiel. Et tout ceci très vite, avant la fin de l'année.

La démarche m'apparait comme alchimique. Ne doit on pas opérer de nombreuses distillations pour transformer le matériau de l'Oeuvre en espérant que l'expérience de la perte sera transmutée en expérience du don et de la joie de se sentir plus léger ...

Il m'est difficile d'assumer, comme j'aime le faire, la vie des blogs. Pas d'inspiration pour un esprit occupé à trier, jeter, mesurer. J'ai songé à fermer le Laboratoire pendant quelques mois et puis cela m'ai fait mal, rien que d'y penser. J'ai alors pensé au projet initial de ce blog, qui devait être assumé par plusieurs personnes qui ne m'ont pas suivie dans ma démarche. Depuis, j'ai fait de belles rencontres avec des auteurs de blogs, ou des lecteurs sans blog, qui contribuent régulièrement à la vie de ce lieu de recherche.

Alors ? Alors, tout en me gardant la liberté d'écrire des commentaires sur les textes publiés, ou de vous faire rire avec quelques moment cocasses de mon " émigration " ou même, peut-être, de poétiser, je vais laisser la place à d'autres chercheurs qui publieront dans le cadre du Laboratoire des notes en accord avec le titre et l'esprit du blog. Ceci pour quelques mois et je vous promets, ensuite, de redevenir plus active. J'ai encore beaucoup à dire ... Et puis, il y aura toujours des photos.

Comment cela va t-il s'organiser ? On verra, laissons nous emporter par les petits ruisseaux et les grandes rivières de l'amitié.

A bientôt

Ariaga