UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/11/2006

Amour hors du temps

Lourde

Dans le creux de ton épaule

Lourde comme le sommeil 

La terre 

Le Rien

Je rêve le rêve

Des morts qui ont beaucoup aimé vivants

 

Le vent chaud qui caresse mon corps nu est si doux que j'en pleure

Cette main sous ma taille

Un serpent de velours

Se roule et se déroule

En frissons infinis 

Je suis chat je le sais 

Le poil dedans

Et toute la chaleur qui est dans mes entrailles

Veut sortir de ma peau

Gratte

Griffe

Désespérément 

 

Aide moi aime moi

Cette eau qui coule

Cette source fraiche et brûlante

Ce corps qui fond

Ce moi qui descend dans mon ventre

Aime

Prend

Je donne 

 

Tu es là je le sais

Et je ne suis pas morte

Et le voyage est doux

Lent

Soyeux

Quand je te trouve en moi

Bateau qui se  balance

Sur la vague endormie de mon corps qui s'éveille

Pour toi ...

 

Si je me permets de mettre ce poème dans la rubrique "spiritualité", je précise que je ne veux choquer personne. C'est tout simplement parce que je pense que l'amour humain, y compris l'amour charnel, est une étape sur le chemin vers l'amour divin.

 

 

 

 

06/11/2006

Alchimie, première marche


 

medium_seche_bis_2.jpg

Après avoir réduit l'AMOUR en cendres

J'ai parcouru le monde mers fleuves campagnes

Pendant longtemps j'ai évité les villes désertes

Trop d'oiseaux sinistres rodaient

       J'ai mangé de la mer

       Les algues au goût amer

       Et mes dents ont crissé

       Sur les petits galets

Au soleil j'ai donné toute l'eau

Mon corps craquelé est devenu comme le rocher que jamais n'atteint la marée

Il faut une tempête pour la pierre mourant de soif 

Mais depuis longtemps les vagues avaient renoncé à bouger

       A travers la campagne

       J'ai bien longtemps marché

       Et mes pieds ont saigné

       Sur le sol desséché

J'ai vu des plantes innomées  bras tendus

Calices de chairs brulées 

J'ai vu des mousses grises effritées dans ma main

J'ai même vu de trompeux arbres verts sans ombre 

Mais je n'ai vu PERSONNE jamais 

 

04/11/2006

Chanson pour Lapin

A mon ami Lapin qui tremble sous les feuilles 

Compagnon de mes peurs  anciennes et à venir

Petit frère innocent

Cette chanson d'amour

 

Moi aussi j'ai frémi et vibré dans le vent

Des tempêtes du coeur 

J'ai eu peur du trou noir au détour d'un néant

J'ai eu peur des hauteurs et d'un Dieu trop vengeur 

Qui compte les pèchés dont le nom fait trembler

Ccux qui craignent l'enfer

Et monsieur Lucifer 

 

Petit lapin craintif moi aussi j'ai voulu

Rester dans mon terrier à l'abri des chasseurs

De coeur et de beauté

N'aie pas peur tendre frère ce ne sont que sornettes

La mort est un passage

La vie est herbe tendre

Broute la mon ami car dans chaque brin d'herbe

Habite le Divin 

 

 

01/11/2006

Alchimie de la mort

Je suis la locataire d'un vaisseau de distillation

Où se dissolvent les chairs et où l'âme grandit

Poisson qui respire dans l'air

J'ai oublié l'océan d'où je viens

Boomerang déposé sur le sable

J'aspire à la vague

Qui rentre dans la mer

J'attends la vie est si belle

Je la boirai jusqu'à la dernière goutte 

Et quand le rêve lucide de la mort m'emportera

Là où il voudra

J'espère

Toute baignée de l'énergie de l'Esprit

Ecouter la musique des sphères

     

Et quand le temps sera venu je reviendrai encore

Bien plus forte ennivrée de la Lumière de la Nature 

Vibrante d'amour divin 

Pour grandir et mourir 

 

 

30/10/2006

Prière

Je suis le vaisseau splendide d'un passager sans limite qui baigne mes cellules dans sa lumière

 

Seigneur, ne me donnez jamais la sagesse triste

De ceux qui vivent morts

Ne me donnez jamais la vertu laide

De ceux qui aiment dans la honte de leur corps

Laissez moi être une note de musique incarnée 

Vibrant  dans l'orchestre de l'univers

Laissez moi être une main qui caresse et qui donne

Donnez moi un AMOUR vaste comme la VIE

 

Et reprenez les mots les pourquoi et les portes

Pour que ma chair glorieuse frissonne

Spiritualisée par Votre grandeur cosmique 

 

25/10/2006

La Fleur d'Or

 

medium_DSC01165_2.jpg

 

La Fleur d'Or pousse sur le fumier

Me murmure à l'oreille le vieil alchimiste

Visiteur de mes abysses

Rejette la brillance menteuse de l'or vulgaire

Ramasse le caillou jeté dans le chaos fertile

Par un enfant en loques

Rieur

Ouvre les yeux de l'esprit 

Et dans l'ombre profonde du continent noir

Tu verras clignoter une flamme d'AMOUR

 

11/10/2006

Bain de lumière

Oh ! que j'aimerais...
Mourir d'être une fleur
Et donner au soleil toute l'eau


Exploser de beauté dans un bain de lumière

Ivre du vin de l'univers 

J'attends depuis des vies

28/09/2006

Poussières d'amour

Hier, j'avais décidé d'écrire sur la représentation symbolique. Les ordinateurs sont, pour moi, des instruments diaboliques et mon texte a disparu. Le sens de cette disparition doit-être que les ingrédients nécessaires, pour l'instant, au travail dans ce laboratoire soient : plus de poésie et moins de réflexion philosophique. Voici donc un poème d'amour alchimique.

Tombe la bombe
Fini les rondes
La terre est une fleur de feu
La mer est une gerbe bleue
Toi et moi
Nous voguons dans l'éther
Poussières

Se rencontreront-elles
Les parcelles
Des corps
Qui s'aimaient ?

Ariaga