UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/09/2015

Tarbes, début d'exploration

déménagement,exploration,Tarbes,blog,chevaux,photos

Il faudra beaucoup de temps pour que je sois vraiment installée mais, hier, j'ai sorti la tête des cartons pour donner aux amis de ce blog une idée de l'environnement très proche de mon lieu d'habitation. Au bout de ma rue il y a les Haras mais c’était fermé et je n'ai pu que photographier le superbe cadre dans lequel vivent les chevaux (photo ci dessus) Ce sera pour une autre fois.

déménagement,exploration,Tarbes,blog,chevaux,photos

Tout près, il y a une grande caserne, vous voyez, je suis bien gardée ...

déménagement,exploration,Tarbes,blog,chevaux,photos

Et une impressionnante statue du Maréchal Foch au bout de très belles allées. Difficile de prendre la photo sans se faire écraser car beaucoup de voitures circulent autour.

déménagement,exploration,Tarbes,blog,chevaux,photos

Rassurez vous, amis, ce blog ne va pas devenir touristique, même si j'ai envie, au fil des mois, de vous faire partager ma découverte de Tarbes. J'ai trouvé mon banc, prolongement du voyage de cet été, et je vais aller y méditer des textes pour reprendre le cours normal du travail du Laboratoire. Je vais aussi commencer un long périple pour aller visiter tous les blogs amis sur lesquels je ne doute pas que je vais faire de belles découvertes.

   Ariaga

 

 

25/08/2015

La queue du chat (bis,18)

 


DSC03609.jpg

Sur le banc des vacances imaginaires, j'écoute et je guette. J'écoute les récits des voyageurs du train de bancs et je guette le chat Grisou dont vous avez déjà entendu parler dans la note chats de bancs pour fixer par une image cette présence fantomatique.

Hier, j'ai été, enfin, été récompensée de mes longues veilles. Comme vous le voyez sur la photo, j'ai attrapé la queue du chat qui se cachait derrière une jarre. Un clic de mon appareil et il avait battu le record olympique de vitesse de la disparition.

Je reprends mon écoute des "dits du banc" et ma garde, armée de mon fidèle réflex.

Ariaga

 

21/08/2015

Explosion!(bis,15)

 

 

DSC03454_2.jpg
 
   Chers compagnons des vacances imaginaires, chers voyageurs des bancs du train du rêve, je crois que les effets conjugués de notre imagination active et de nos divers phantasmes d'évasion ont été trop puissants.  Aslè m'avait bien parlé d'un moyen explosif, le grisou, pour propulser la locomotive, je ne savais pas que ses idées avaient autant de force ! 
   Mon cher Athanor-Ordinateur, qui semblait si heureux du Léopard que je lui avais offert, a du se trouver dépassé par toutes les énergies que lui offraient si généreusement les lecteurs, surtout ceux qui viennent déposer sur le banc leurs mots, ces mots qui servent de carburant pour nos voyages sans limites. C'était trop, trop fort, trop beau et, hier soir, la batterie d'Athanor, son propulseur pour s'éloigner du banc, a tout simplement explosé! Athanor est solide et fidèle et son corps fixe n'a pas été endommagé. J'étais quand même quelque peu secouée... Dès ce matin, un grand sorcier de mes amis a prodigué ses soins et le train et les voyageurs, un peu choqués, sont repartis grâce à un Athanor moins mobile mais toujours aussi vaillant. 
   Vous voyez chers amis que l'on peut vivre de dangereuses aventures sans quitter son bureau...son banc plutôt.
              Ariaga

19/08/2015

Chats de bancs (bis,13)

 

   La panthère étant plus ou moins maîtrisée, j'ai envie de vous parler des chats qui rôdent près des bancs des vacances imaginaires. Il y en a certainement beaucoup mais je me limiterai à deux, Grisou, mon chat qui n'est pas mon chat, et un chat habitant du banc ajouté au train de banc par un nouveau lien, un musicien :  Michel Tardieu (Chronophonix).

     Grisou était d'abord un hérisson supposé à l'attention duquel je déposais de la nourriture, restes de salades, crudités, et divers, dans un creux à l'abri des oiseaux. Deux bons mois ont passé et je trouvais le hérisson tellement vorace que je l'ai cru féminin et mère de famille nombreuse. Un soir tard, dans la pénombre, sous une forte pluie, j'ai aperçu un être famélique de couleur grise et de forme féline. Il tirait la nourriture du trou avec sa patte et j'ai compris que mon hérisson était un très jeune chat nourri de salade. J'ai amélioré le menu mais pendant longtemps il n'a accepté de manger que la nourriture déposée dans le trou, et seulement si aucun être humain ne se trouvait à proximité. Je savais qu'il venait seulement si je fermais les volets. Après, il a supporté ma silhouette derrière la vitre. Il a fallu des semaines pour qu'il mange sous une table du jardin et autant pour qu'il vienne s'asseoir sur un banc. Ce banc est devenu son domaine mais dès que j'apporte sa nourriture il s'enfuit et vient manger quand il croit que je suis partie. C'est maintenant un beau chat, nourri deux fois par jour,  au poil gris luisant, genre chartreux,  mais toujours aussi craintif, impossible à approcher et éloigné du monde des humains.  

   Un événement, dans sa vie et dans la mienne est survenu il y a quelques jours. J'étais au premier étage et, tôt le matin, j'ai ouvert les volets et je suis allé sur le balcon. Grisou était sur "son" banc. Surpris par ma présence, il a levé vers moi des grands yeux d'or pleins de crainte et d'amour. Il ne s'enfuyait pas, il était comme pétrifié. Maintenant, tous les matins, je fais mon apparition au balcon, je sais qu'il attend, et il lève vers moi ses yeux adorants. Il ne sait pas qu'il s'appelle Grisou, c'est un vrai sauvage, mais je le trouve exceptionnel car c'est grâce à lui que je suis devenue Dieu !

                   Ariaga

Voici maintenant le texte et la photo qui l'accompagnent de Michel Tardieu. Voici pour les voyageurs du banc comment il se présente lui même à ma demande : "inventeur de musique poétique, de poèmes musicaux, chercheur de vérité au présent, amoureux du quotidien et grand pourfendeur du passé comme du futur, aime photographier la vie des êtres et des choses, jouer du piano, la bière, et bien sûr, se complait immodérément dans le monde virtuel du net !"

banc-chat_2_3.jpg

 Banc banal

Un chat sur un banc
un simple banc banal
un banc un peu bancal
et sur ce banc, royal,
ce chat qui se régale
d'un banc de poissons-chats...

mais où sont-ils partis
ces poissons dégourdis
y ai-je bien réfléchi ?
le temps qui va passer
pour penser à tout ça
va me pousser à bout
tout au bout de ce banc
ce banc qui me repousse
me pousse de bambou
mais chut...! sujet tabou

car de bouche à oreille
cette histoire de poisson
m'en bouche un coin, c'est net
au bout du banc, du chat
transformé en banquette
en canapé tout doux
où viens jouer ce chat

tu veux jouer à chat
sur ce banc un peu flou
ce bout de banc bien fou
ce banc qui s'abandonne
et ce chat qui ronronne
en croquant ses poissons
au bout du temps qui passe
à écrire des p'tits bouts
de poésie bancale
Ben çà...c'est pas banal !

12/08/2015

Disparitions (bis,8)

 

 

IMG_4892_2.jpg
                                        @ Photo Éphême
 
   Habitants du banc, voyageurs de l'imaginaire, attention, j'ai entendu des craquements. Il est possible que soit en train de s'ouvrir le tunnel menant à la faille spatio-temporelle dont je vous ai  parlé aux temps passés. Vous savez, celle là même où disparaissent les anciennes notes, les amis que l'on croyait "pour toujours", le poisson énorme que l'on avait pourtant senti frétiller au bout de la ligne et dont les écailles brillaient au soleil. Le vivant disparaît, mais il y a aussi, il y a surtout, les "choses".
   LA deuxième chaussette et le deuxième gant, les lunettes, les parapluies, surtout les très petits, la dernière page sur une feuille volante, cette page qu'on ne saura jamais re-écrire, et cette balle perdue, juste là, tout près dans l'herbe, disparue à jamais.   
   Il arrive parfois que dans un lieu examiné des dizaines de fois il y ait des retours mais c'est rare ... et pourtant aujourd'hui, assise sur le banc il me semble au lointain, du côté de la mer, entendre comme un bruit de tambour. Et vous amis du banc, entendez vous aussi ?
 
                        Ariaga.

16/07/2015

Déménagement

écriture,jeu,déménagement,culture,vacances,philosophie,alchimie

Aujourd'hui, nous allons "jouer" avec le mot DÉMÉNAGEMENT qui me semble d'actualité. Certains, les alchimistes en particulier,  appellent cette manière de regarder les mots "langue des oiseaux", d'autres, les psychanalystes, "amplification". En cette période de vacances je préfère le mot "jeu" (je?). Comme je l'ai déjà expliqué sur ce blog, il faut se donner un temps très court pour laisser venir ce qu'évoque le mot choisi. Voici le résultat pour moi, à vous de faire des ajouts ou des commentaires si cela vous amuse.

DÉMÉNAGEMENT

DÉ le dé du hasard car on ne sait jamais ce qui va advenir.

MÈNE on peut espérer que cela mène quelque part.

J'entends aussi AIME, on peut aimer les déménagements et pour ma part, je ne déteste pas car on reconstruit du nouveau.

ÂGE, avec l'âge cela devient plus difficile, je pense aussi aux ages de la vie qui sont des déménagements.

MENT, on peut beaucoup vous mentir au sujet d'un déménagement !

EN NAGE, faire les cartons quand il faut chaud fait bien transpirer !

Ariaga

Mon ami Pierre Trigano est passé me voir et il m'a suggéré un ajout :

DÉMÉNAGE M'AN ! (maman) Quand on quitte un lieu pour aller vers une vie encore inconnue il faut que notre identité ancienne qui est comme une "maman' nous quitte, déménage, pour nous laisser libre de nous renouveler.

 

 

 

 

 

09/07/2015

Mes francofolies

écriture,voyage,déménagement,francofolies,la rochelle,photo,Tarbes

Il y en a qui vont aux concerts pendant les francofolies. Pour moi qui progresse, en ce moment, sur béquilles, il  n'en est pas question. Dans une position difficile et douloureuse devant l'ordinateur j'en profite pour vous annoncer la grande Ariagafolie : Je déménage à nouveau avec tout ce que cela comporte d'imprévu et de surprises ...

Je quitte la bonne ville de la Rochelle à la mi-Aout (miaou !!! fait mon chat)pour aller m'installer à Tarbes. Le lecteur curieux se demande ce qui est passé par le cerveau surchauffé de cette bonne vieille Ariaga. Tout simplement le désir de me rapprocher de ma famille et en particulier de mon frère qui habite à quelque kilomètres de Tarbes. Et vous allez avoir droit à un scoop : Ce frère (qui a un clone) est cet ÉPHÊME dont vous avez pu voir des dessins sur le blog et le site et aussi lire des textes, en particulier sur ses voyages au Pérou.

J'ai pour habitude, pendant les vacances, de trouver pour le Laboratoire un thème festif destiné à ceux qui ne partent pas mais je dois avouer que, cette année, je suis un peu dépassée par les événements. J'ai quand même une petite idée qui serais de s'amuser autour du thème du déménagement. Si certains d'entre vous ont des choses amusantes à raconter  (y compris humour noir) vous avez mon mail sur le blog. Pour moi, je crois que je vais commencer à "jouer', comme j'aime, avec le mot déménagement.

Ariaga

 

 

08/06/2015

La pêche aux idées

écriture,blog,idées,pêche,philosophie,psychologie,photo

Environ 750 notes, 22000 commentaires, sauf périodes difficiles j'ai toujours eu des idées pour alimenter ce blog. Et pourtant, amis lecteurs, depuis quelques temps c'est la grande sécheresse. J'ai des idées, j'en ai même trop, qui courent comme des folles dans ma petite tête, mais vraiment aucunes qui me semblent présenter un intérêt suffisant pour que je les propose en partage. Raconter ma vie ? Ce n'est pas trop mon genre. Des citations ? Oui, mais point trop n'en faut car cela peut devenir un paravent du vide de la pensée. Des poésies ? Quelques unes  unes sont venues mais c'est quand même rare.

Je me demande si il n'y a pas une sorte de mer aux idées où ceux qui se connaissent vont puiser car, chez les amis de blog que je lis en ce moment, je trouve beaucoup de choses belles et intéressantes. Peut-être qu’il ne reste plus rien pour moi ! Et je n'ai pas, non plus, beaucoup de courage pour laisser des commentaires car, pour cela aussi quand je vois la qualité des vôtres, il faut des idées. En plus, je me demande si je ne suis pas entrain de devenir paresseuse.

Je vais sérieusement devoir jeter mes filets et aller à la pêche ...

Ariaga

 

29/04/2015

Les fleurs de l'Ombre

écriture,poésie,alchimie,philosophie,spiritualité

L'ombre craque ... et par les fissures elle pousse lentement ses racines dans la lumière pour engendrer de sombres fleurs. Mais toutes les fleurs sont belles, même les fleurs noires qui poussent dans la boue de la nigredo alchimique.

Ariaga

19/04/2015

Les liens entre les blogs

écriture,blogs,liens,société,Jung,photo,

Une note difficile à écrire ...

Je souffre d'une incapacité quasi pathologique à supprimer ou classer différemment mes liens avec d'autres blogs. Je conserve des décédés, des trop malades pour écrire, des qui n’écrivent plus depuis plusieurs années, des qui ne se manifestent jamais sur le blog, des qui demandent un code d'accès  etc...

Mon incapacité à effectuer un tri a des conséquences très ennuyeuses. D'abord, ceux qui  découvrent le Laboratoire et cliquent sur les liens pour voir ce qui m'intéresse peuvent être déçus. Ensuite, quand je pars en visite sur les blogs amis, je prends la liste par en haut (parfois j'inverse) et au bout d'un certain temps la fatigue, le mal au dos, ma vue qui baisse font que je me décourage. C'est ainsi que je peux rester longtemps sans mettre un commentaire sur des blogs que j'apprécie beaucoup pour peu qu'ils soient mal situés. Je laisse ainsi sans nouvelles des amis fidèles tellement présents à mon esprit que je suis persuadée de les avoir visités la veille ! Heureusement qu'ils ne sont pas rancuniers et qu'ils me postent un commentaire. Il y a aussi les petits nouveaux qui allongent la liste et que j'aimerais bien mettre dans un joli jardin d'attente pour voir quelles relations vont s'établir.

Je ressens la nécessité de mettre un peu d'ordre (j'ai quand même ces derniers mois effacé deux ou trois blogs) mais, quand je vois ce que cela m'a couté d'enlever de mes liens les blogs de Lechantdupain, qui a d'un coup tout supprimé, y compris son extraordinaire Astroport, je ne sais pas si je suis capable de faire le ménage. J’aimerais bien savoir  comment vous réagissez les uns et les autres et recevoir des conseils, y compris de ceux qui n'ont pas de blog et me font l'amitié de considérer qu'ils peuvent déposer ici des petits morceaux de leurs réflexions.

Amitiés à tous

Ariaga

 

 

 

 

07/04/2015

Les moments de tristesse

 

éciture,philosophie,poésie,spiritualité,tristesse,alchimie,photo,la rochelle

Il y a des moments où on sourit tout le temps pour que soient bien au chaud les larmes qui coulent à l'intérieur.

Il y a des moments où on s’enferme dans la tour grise des mauvais souvenirs.

Il y a des moments où le sentiment de la perte du tant aimé vous enveloppe comme un brouillard. Le temps n'y fait rien.

Il y a des moments où on ment car on ne veut pas partager le voyage dans un pays où il ne faut pas se retourner.

Ce ne sont que moments et, comme toute chose à son contraire, de l'autre coté de la noire tristesse brillera à nouveau la lumière de la joie.

Ariaga

16/03/2015

l'Hermione à La Rochelle

l'Hermione,la Rochelle,photo,événement,actualité,bateaux,philosophie,écriture

Un grand événement à La Rochelle : L'Hermione  est là, dans le port, visible par tous. Pour l'histoire de l'Hermione je vous renvoie à internet et je pense aussi que certains d'entre vous en savent plus que moi et complèteront ma note.

Le problème est qu'il y a une telle foule pour venir visiter cette magnifique reconstitution que les queues à la billetterie sont interminables.  Le quai est tellement noir de monde qu'il est impossible d'approcher et encore moins de photographier. A ma première tentative, sur la pointe des pieds et mon appareil au dessus de ma tête j'ai, à la faveur d'une bousculade, obtenu cette curieuse photo des voiles et haubans.

l'Hermione,la Rochelle,photo,événement,actualité,bateaux,philosophie,écriture

Hier, j'ai fait une nouvelle tentative, guetté comme un chat le moment où je pourrai photographier le navire de face et, après m'être bien fait bien piétiner, je me suis retrouvé quasiment à quatre pattes juste devant. Le temps d'un seul clic et un chien affectueux est venu me renifler...

l'hermione,la rochelle,photo,événement,actualité,bateaux,philosophie,écriture

 Pour tenter d'avoir une vue entière, je suis allée sur le petit pont en bois relevable. Je l'entendais craquer sous le poids de la bonne centaine de personnes qui avaient eu la même idée que moi. En jouant des coudes j'ai quand même réussi à avoir presque l'ensemble du bateau  (il manque un peu en haut) .

l'hermione,la rochelle,photo,événement,actualité,bateaux,philosophie,écriture

 Comme je suis du genre obstiné j'ai marché, encore et encore, pour aller loin sur le quai en face, là où il n'y avait presque plus personne, et j'ai enfin obtenu  une vue entière avec un grand ciel au dessus.

Photographier l'Hermione était un modeste but, d'autant plus minuscule que des tas de professionnels vont publier de superbes photos, mais pendant que je sentais venir la fatigue de la marche je pensais à ces homme qui pendant des années ont consacré des années de leur vie, leurs forces, leur temps libre, à ce projet de construction d'une réplique de l'Hermione. C'est beau d'avoir un grand projet surtout quand beaucoup de gens le qualifient de fou.

Ariaga

23/02/2015

Programmes et bonnes résolutions

écriture,philosophie,spiritualité,poésie,société,culture,photo

On ne se tient jamais complétement aux bonnes résolutions prises dans des moments de crise ou d'enthousiasme. Et pourtant, au moment où on fait des listes, impulsé par un bel élan vers des transformations du corps ou de l'esprit, on y croit ...

J'en ai trouvé quelques unes dans mes carnets. À relecture je les trouve assez emphatiques mais j'ai du y croire, et j'y croirai peut-être encore, même si elles risquent fort de rester enfouies sous les blocs pesants de la vie quotidienne :

- Être le vaisseau splendide d'un passager sans limite baignant mes cellules de sa lumière. (Je devais souffrir de mégalomanie !!!).

 - Tenter d'évacuer les mots périmés.

 - Éviter de fréquenter ceux qui vivent morts dans la honte de leurs corps.

 - Négocier avec moi-même pour ne plus avoir peur et accepter la présence de cet Autre qui n'a ni nom ni visage.

 - S'exercer à la mort en redonnant leur sens aux symboles vivants usés par le temps.

Ariaga

 

 

 

09/02/2015

Respirer, quelle merveille!

spiritualité,philosophie,alchimie,santé,nature,écriture

Il y a eu le premier souffle quand l'enfant respire hors du ventre de sa mère, il y aura le dernier souffle avec lequel la vie s'échappera. Entre les deux je respire car il m'est impossible de survivre sans respirer. Je peux rester assez longtemps sans manger, quelques jours sans boire ou sans dormir mais sans l'inspir et l'expir je meurs en quelques minutes. C'est pourquoi je dois remercier pour chaque nouvelle respiration qui me permet de continuer à cheminer sur la voie des transmutations .

Ariaga

 

25/01/2015

Le chemin vers la porte

écriture,philosophie,spiritualité,jung,alchimie spirituelle

Maintenant que ceux qui veulent lire des textes "sérieux"au sujet de Jung, des rêves  ou de l'alchimie peuvent me suivre sur le site consacré à ces thèmes, j'éprouve le besoin d'écrire et de publier, ici, d'une manière différente tout en demeurant fidèle au titre : Laboratoire du rêve et de l'alchimie spirituelle.

J'ai subi, ces derniers temps, des soucis de santé dont aucun n'était très grave mais dont l'accumulation m'a fait prendre conscience d'un fait que j'occultais plus ou moins : Je suis "vieille" et l'itinéraire qui mène à la porte de sortie comporte de moins en moins de kilomètres. Le temps devient précieux et doit être employé, non seulement à profiter de la beauté  et de la joie de l'existence mais aussi à préparer les bagages ; trier, éliminer, brûler, changer son regard, être de plus en plus le creuset d'un travail d'alchimie spirituelle dont le matériau se trouve  au quotidien.

Comment cela va t-il se traduire pour ceux qui continueront le chemin avec moi ? Des textes parfois très fréquents, des silences, de la poésie, des rêves éveillés, des réflexions, des lectures, des réactions à un commentaire, et Jung toujours présent mais comme une suite de bornes sur un chemin de vie.

Il est évident que je n'attends pas des commentaires sur chaque texte, vous pourrez butiner comme je le fais pour mes amis de blog qui publient fréquemment. Je vais d'ailleurs partir en visites car j'ai été interdite de blogs depuis quelque temps et j'ai hâte d'aller aux nouvelles.

Ce que j'écris aujourd'hui est un peu confus car je ne sais pas très bien vers où je vais mais je connais votre indulgence ...

Je vous embrasse tous amis connus et inconnus.

Ariaga