UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/05/2011

Leçons du roseau

écriture,philosophie,spiritualité,nature,photo,société,vie

 

Même brisé, même immergé, le roseau persévére à vivre sa vie de roseau. Ses racines connaissent les leçons de la Nature, les leçons du non écrit et du non dit. Il ignore les frottements du petit monde, il ignore les renoncements de l'esprit, il ignore la mort.

Ariaga

 

Vous trouverez sur l'autre blog une citation de C.G.JUNG sur le suicide. (cliquez pour le lien)

21/04/2011

Les rameaux de la nature

écriture,société,nature,jung,poésie,culture,photo

 

Aux racines de toute chose vivante, il y a la nature poussant ses rameaux jusqu'à fleur de peau et, quand le coeur bat tambour au rythme de l'émotion amoureuse, les convictions de l'esprit sont saturées par l'attente fiévreuse de la sublimation des corps.

Ariaga

 

N'oubliez pas d'aller voir les notes de Jean BISSUR sur C.G.JUNG et

sur l'autre blog, aujourd'hui, un ancien texte du Laboratoire intitulé :  De l'ordure à l'or.

18/04/2011

L'échelle d'ombre de l'inconscient

écriture,poésie,philosophie,Jung,société,citation,culture

 

Pour naviguer sur le fragile esquif du Moi

il faut savoir écoper l'eau qui s'insinue par les fissures.

Si la coque est envahie

se séparer de la bouée des certitudes et du collier d'angoisse.

NU

accepter la périlleuse descente par l'échelle d'ombre

qui conduit vers les abysses.

Ariaga

Vous trouverez dans Extraits du Laboratoire une citation de C.G.Jung sur l'angoisse et le bruit. Cliquez sur le lien.

01/04/2011

L'écriture ...

écriture,poésie,art,photo,culture,philosophie

 

L'écriture a des creux et des bosses

des trous noirs des orbites dorées.

L'écriture a un corps masculin-féminin

et un neutre farouche où mûrit le silence.

L'écriture dépérit

suffoquant dans les cendres oppressantes d'une jouissance étouffée.

L'écriture désincarnée aspire au retour du rythme ancien

celui-là qui se répandait dans tout son corps et pulsait comme un coeur.

Ariaga

14/03/2011

Bouquet de fleurs

écriture,poésie,fleurs,amour,mort,mer,nature

Là où mer et rivière, se marient au lit vaseux,

accroché à la barrière, en un lieu presque désert

un bouquet ...

Bouquet preuve d'amour,

bouquet regret de mort,

bouquet de toujours,

bouquet de plus jamais,

qui sait ?

Ariaga

11/03/2011

Un puits d'amour

écriture,amour,philosophie,spiritualité,nature,photo,alchimie

Devenir un puits d'amour, donner à boire à ceux qui ont soif, quel beau projet mais il faut creuser, encore et encore, creuser tout au fond de soi, creuser pendant des temps, avant que jaillisse la toute première goutte de la source ...

Ariaga

 

 

07/03/2011

Symboles

 

écriture,philosophie,spiritualité,dieu,nature,symboles

Entre Lui et les humains s'étend une incommensurable étendue que seuls les symboles peuvent habiter. Ces symboles parlent un langage à la fois secret et familier et, sans l'intelligence du coeur, on ne peut jamais en saisir que des bribes ...

 

Ariaga

09/02/2011

Jugement ...

 

 

écriture,philosophie,juges,dieu,citation,michel serres,société

 

Extraite du dernier livre de Michel SERRES, une citation qui donne à penser :

Dans tel ou tel cas, un jury juge le coupable. Doute pour l'individu. Qui, d'autre part, de vue et d'intelligence assez globales, décidera de la culpabilité de Dieu, s'il existe, d'avoir créé déluges et inondations, maladies ou séismes ? Décision indécidable pour un créateur, au moins absent. Mais ô certitude, connaissons nous un seul collectif sans tache de sang ? Organisons un tribunal où comparaîtraient, sous l'accusation du mal, non plus un prévenu, tel individu ordinaire, non plus Dieu soi-même, à l'existence indécidable, mais, tour à tour, toutes les sociétés de l'histoire du monde, bien réelles. Laquelle, innocente de meurtres, bénéficierait d'un non-lieu ?

Michel SERRES : BIOGÉE, p.32

 

 

26/10/2010

Déménagement

 

voyage dans une bouteille.jpg

 

Sortir le bateau de la bouteille où il était enfermé depuis des temps ...

Pas facile de vider une maison de tout ce qui s'est accumulé au long des annnées et surtout des souvenirs de l'autre tant aimé qui est parti vers les contrées inconnues de la mort.

Pas facile de réduire de moitié le volume des "biens" auxquels on était attaché.

Et la poussière derrière les meubles, les livres dont on se demande ce qu'ils peuvent bien faire dans sa bibliothèque. Je n'ai quand même pas été assez stupide pour perdre mon temps à lire toutes ces bétises ?

Et les objets qui parlent fort et rendent les yeux humides.

Oui, il va falloir sortir de la bouteille et affronter le guerrier armé de l'extérieur. Être privée quelques temps d'Athanor ordinateur qui ira faire une cure de désintoxation car il a été trop sollicité.

Je l'ai écrit tellement souvent : "Il faut vider le vase pour le remplir", à moi de mettre ces belles paroles en pratique.

Ariaga

 

Bateau en bouteille.jpg

 

 

13/10/2010

La femme buvard

 

Plage à marée basse.jpg

 

C'est une femme buvard qui asséche les pleurs

Vous qui passez par là

N'oubliez pas

De déposer devant sa porte

Une perle d'amour

Juste une larme

Sous peine de la voir mourir

De soif et d'inutilité ...

Ariaga

17/09/2010

Paraître et être

Une pensée, pour les non amateurs de rêves ....

 

Mer vide.jpg

 

Quand le regard de l'autre nous fait et nous défait

Paraître

Quand de la profondeur

Émerge le vrai visage

Être

 

Mer habitée.jpg

 

Ariaga

01/03/2010

Ce blog doit-il vivre ou mourir?

 

lierre sur un mur.jpg

Cela fait un mois que je réfléchis à la question. Le laboratoire du rêve et de l'alchimie spirituelle, que j'ai quelque peu délaissé ces derniers temps, est-il en train de se vider de sa substance matértielle et spirituelle ? Si oui, j'en suis responsable car mes lecteurs ont toujours été fidèles et actifs.

Une vie quotidienne très difficile.

Une lassitude après tant de mots jetés dans l'athanor et dont j'ai l'impression qu'ils produisent plus de cendres que de feu.

Une attitude mentale personnelle insuffisante pour évoluer.

Un besoin de se réfugier dans l'illusion du paraître.

Un mur s'est élevé devant la porte du laboratoire, m'empéchant d'y pénétrer.

Ce mur je l'ai édifié moi même, de plus en plus haut, et chaque jour je regarde le mur avec ce qui ressemble à du dégoût et puis aujourd'hui, premier jour de Mars, j'ai vu DEVANT le mur, une branche de lierre, symbole de force de la nature et de pérennité. Elle a fasciné mon regard, transformé ma vision. C'était un miracle de l'alchimie spirituelle.

J'ai compris que la voie de l'évolution physique et animique ne peut être barrée par un mur. Les murs sont faits pour être démolis et tout peut recommencer.

Autrement.

Je ne suis pas seule dans le laboratoire, il y a plein d'autres chercheurs.

Pour l'instant moins de textes que les philosophes appellent "de fond". Plutôt des idées, sensations, citations, interrogations au gré de mes envies ; le tout bref mais plus fréquent.

Pour conclure, je "ressens" qu'après un temps qui commence à être long, tout ce que les lecteurs ont apporté à la quête effectuée en ce laboratoire, ne peut pas être oublié alors le laboratoire va vivre encore. Comment ? C'est l'avenir qui le dira. Et merci à tous ceux qui m'ont "secouée", certains assez vigoureusement...

Je vais maintenant entreprendre le long périple de la lecture des blogs avec lesquels j'ai des liens privilégiés. J'y trouverai certainement une nourriture pour le feu de l'athanor.

La montée des marches de la quête alchimique continue.

Ariaga

 

30/11/2009

Note de musique

lumière en prison de verre..jpg

Parfois je m'interroge...

Dans le chaos bruyant qu'est souvent notre vie, quand nous tentons de nous faire entendre à travers la boule de verre de l'indifférence, quand nous nous cognons contre les parois comme un papillon de nuit, crachant nos mots pour ne pas être dissous par ceux des autres, aurions nous seulement UNE  chose à exprimer. J'entends exprimer un peu comme quand on exprime le jus d'un fruit. L'origine de cette  manifestation unique serait le Soi, le centre où brûle la lumière, l'énergie , qui nous propulse dans la vie comme une fléche vers un but invisible. Nous serions l'instrument sur lequel se joue une note de musique qui, si nous voulons bien l'écouter attentivement, deviendra de plus en plus forte, de plus en plus aiguë, de plus en plus afutée et percera la sphère du petit moi. C'est NOTRE note, celle qui nous fait uniques dans l'océan de la Totalité. C'est très difficile de suivre ce chemin et de jouer dans le grand orchestre, il faut des vies pour y parvenir et seul l'Amour, au sens le plus vaste peut aider à ouvrir les oreilles de notre coeur.

Ariaga

 

 

05/10/2008

Otage de soi-même

P8201168_2.jpg

On peut se retrouver, otage de soi-même, enfermé dans le noir d'un étouffant placard.

Mais si derrière la porte, invisible, inconnu, quelqu'un se tient tout contre et parle...Même si le sens échappe, on a déjà moins peur.

Ariaga

P8201168_2_2.jpg

11/09/2008

Préalable à l'Alchimie Spirituelle

P5230926_2_2.jpg

Le préalable à l'Alchimie spirituelle est de faire un état des lieux. En effet, si, se considérant comme un vase sur l'Athanor, on entreprend de faire de soi-même le matériau de l'Oeuvre, il faut d'abord prendre conscience de ce que l'on est et ensuite de ce que l'on voudrait devenir. C'est seulement ensuite que peut commencer la lente transformation de ce qui est considéré comme des défauts en leur qualités opposées.

Ariaga

P5230926_3.jpg