UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/03/2009

Le RE du retour

DSC04089_2_2.jpg

Edgar Morin, dont j'ai relu pendant ma longue pause le tome II de La méthode , m'a donné une grande leçon de philosophie et de vie. Quand j'ai décidé de faire une cure de silence sur ce blog, c'était pour des raisons personnelles mais, aussi et surtout, pour me ressourcer et trouver du nouveau. J'ai erré sur la route avant de comprendre qu'il n'y a pas de véritable nouveau. Quand j'écris ressourcer il y a le RE et puis la source, et cette source reste immuable. Tous ces mots auxquels je pensais, tels que RE commencer, RE venir, RE organiser, RE connaître, et surtout RE présenter sont venus me parler du socle de la mémoire commune à partir duquel je fabrique du présent. A chaque battement de mon coeur, je RE commence à vivre.

Celle qui RE vient sur ce blog avait des tas de projets de transformation mais finalement elle vient presque identique car les RE présentations symboliques qui sont le socle du blog sont des RE présentations qui ne font que présenter ce qui est déja connu. Chaque fois que l'on fait un RE tour, c'est un tour autour du même centre. Heureusement, il y a un petit changement, sinon ce serai trop triste. Dans cette présentation que je vais vous proposer il y aura des déperditions et des acquisitions ce qui fait que ce même dont je vous parlais est un même plus ! Il y a un ajout au RE parce que c'est un individu unique dans son cheminement qui boit à la source.

Il va y avoir Re pétition, RE commencement, Re mémoration mais, je l'espère, il y aura aussi quelque chose qui échappe au RE : TRANSMUTATION.

Ariaga

20/02/2009

Eclipse du blog

P2161719_2.jpg

Le Laboratoire du Rêve et de l'Alchimie Spirituelle a perdu de vue les buts qu'il s'était fixés au début de ce blog, être un lieu de réflexion philosophique, de spiritualité, de poésie, d'échanges, étant entendu que la personnalité d'Ariaga n'avait aucune importance. Or, il semble , qu'au fil du temps, Ariaga (c'est dans un but de détachement que je parle de moi à la troisième personne), Ariaga soit devenue un être beaucoup trop incarné avec ses maladies, les souffrances de ses proches, ses humeurs. Je n'ai rien , loin de là, contre l'incarnation, mais si j'avais voulu raconter ma vie, j'aurais ouvert un autre style de blog (j'en connais d'excellents).

Laboratoire, oratoire, dans les pas des philosophes alchimistes de la Nature, voilà ce que doit redevenir ce blog. Cela nécessite une assez longue éclipse, un jeûne prolongé. Comme le disent si bien les alchimistes, il faut vider le vase pour le remplir. Je suspends donc pour un temps mon travail dans le cadre de ce Laboratoire.
Je sais que nous nous reverrons à nouveau sur ce même blog ressourcé. Le blog "Photo" et le blog "Extraits du Laboratoire" continuent  à être alimentés, et j'irai certainement vous visiter les uns et les autres.

Je vous embrasse tous, amis connus et inconnus.

Ariaga.

15/01/2009

Grippée !

DSC02820_2.jpg

 

Chers lecteurs, je suis au fond de mon lit avec la grippe et mon crâne est presque dans l'état de celui de la photo ci dessous...je ne vous embrasse pas à cause de la contagion virtuelle. Ariaga.

DSC02837_2.jpg

 

31/12/2008

Bonne année

2009 ee Ariaga.jpg

Cette image est le résultat de la coopération de Muttifree, Ephême et Ariaga.

 

Bonne Année à nous, les jeunes les vieux, les bien portants et les malades, les libres et les enfermés. Que s'ouvre un nouveau chapitre du livre de la vie où l'on tournera les pages de la paix, de la sagesse, de la joie, des rêves et surtout de l'Amour . Et que brille pour tous la lumière divine quelle que soit la forme sous laquelle elle se manifeste.

Je vous embrasse avec affection, amis connus et inconnus.

Ariaga

 

 

08/12/2008

Vie du blog, vie d'Ariaga

P4080573_2_2.jpg

Chers lecteurs,

Le Laboratoire du Rêve et de l'Alchimie Spirituelle était devenu un "opus", une oeuvre, comme disaient les anciens alchimistes philosophes de la nature, très pesante ces derniers temps. Je dois dire que je ne pensais pas, à l'origine, quand ce titre pompeux m'est venu en rêve, que Ariaga, c'est à dire moi, serai seule à assumer la tâche. Au fil des jours c'est devenu une sorte d'obligation qui s'ajoutait à celles, nombreuses, de la vie réelle. Sans m'en rendre compte, je m'étais créé beaucoup de contraintes. Vous voyez, sur la photo, cette silhouette enfouie dans les feuilles et bien c'est moi, prète à être mangée par la végétation de mes trop hautes ambitions... :

-  Écrire des articles sur des sujets propres à inciter à la réflexion, mais aussi faciles à lire.

- Répondre à tous les commentaires et aux mails,au risque de dire des ânneries.

- Aller, dans la mesure du possible,  chez mes liens et y déposer quelques mots, souvent sans intêret.

- M'effacer derrière "Ariaga".

Pour tout vous avouer, j'ai très peu réfléchi pendant cette coupure, la plus longue depuis les débuts du blog. J'ai juste écouté un murmure qui a enflé jusqu'à devenir une voix puissante qui a dit que la vie virtuelle sur les blogs n'est pas devoir mais plaisir, pas enseignement mais laisser advenir, pas complications mais simplicité, beauté du silence quand il est nécessaire. Et aussi, et surtout , qu'il ne faut pas que je me laisse tenter par l'idée, inspirée par un vilain démon, que je serais investie d'une sorte de mission d'élévation du niveau de spiritualité de mes lecteurs !

Simplicité, j'ai supprimé les classifications compliquées de mes liens.

Pour ce qui est du plaisir, ou plutôt de la jubilation (je préfère), je vais sautiller comme les enfants sur le chemin de ma propre alchimie spirituelle sans avoir la vaniteuse prétention de vouloir faire évoluer autrui.

Je vais souvent, ou moins souvent, en toute liberté, réagir à une phrase trouvée dans un livre sorti au hasard de ma bibliothèque (un peu ancienne, mais qu'importe !). Illustrer quelques mots poétiques qui me trottent dans la tête sans rechercher l'excellence de la forme. Revenir sur des idées qui me tiennent à coeur mais que j'ai développées sur ce blog d'une manière trop conventionnelle. Me permettre, aussi,  si j'en ai envie, de faire une note "difficile" ne pas me frustrer du plaisir de l'écrire , même si elle a un côté ésotérique pour beaucoup. L'essentiel est que j'ai de la joie en écrivant car, je suis certaine de cela, je suis une gourmande de l'écriture et cela m'impose parfois des diètes.

Je vous embrasse tous et à très bientôt.

Ariaga

 

 

 

 

 

18/11/2008

Faire l'autruche !

IMG_2264_3_2.jpg

Depuis quelques temps, submergée par des problèmes concernant ceux qui me sont les plus chers, je tente de surnager. Mais je me sens comme une traînée d'eau qui va inéluctablement s'enfoncer dans le sable, et il ne restera plus que quelques noirs paquets d'algues. Je n'ai plus le loisir de répondre correctement aux commentaires, plus d'inspiration pour les notes ou, si cette inspiration vient, ni le goût, ni la force de lui donner une forme satisfaisante. J'ai toujours eu la folle idée que je pouvais porter mon petit monde sur mes épaules mais c'était pure vanité...Alors, pour un moment, je vais faire l'autruche et enfoncer ma tête dans le sable. Je ne ferme pas le blog, j'y tiens trop, mais je le mets entre parenthèses pour un certain temps. Il est possible que j'y apporte quelques modifications (les liens) et, à mon rythme, j'irai vous rendre quelques visites. Vos comentaires me feront toujours plaisir et je lirai les mails et leur répondrai dans la mesure du possible. Pour patienter vous avez sur ce blog près de 400 notes et 5200 commentaires dont certains sont très copieux !

Je reviens dès que possible mais je pense que vous serez tous d'accord avec moi pour penser qu'un blog doit être une source de plaisir et non une contraine supplémentaire.

Je vous embrasse tous lecteurs connus et inconnus.

Ariaga

29/10/2008

Conversation avec les mouettes

PA231613_2.jpg

J'ai passé mes quelques jours de repos dans le silence. J'ai quand même eu certains échanges, avec des mouettes, et comme vous pouvez le voir sur la photo, elles m'ont répondu...Je ne vous dirai pas ce qu'elles m'ont confié, c'est un grand secret de la Nature.

Cette semaine j'accompagne un être qui m'est très cher pendant des journées d'hospitalisation de jour dans un service qui reçoit des handicapés lourds. Je suis assez bouleversée par ce que je vois. Il est possible, si j'en ai le courage, que je vous fasse part d'"impressions" sur ce que j'ai observé ou ressenti, y compris mes erreurs de jugement. Je ne sais encore. A bientôt.

Ariaga

18/10/2008

Blogs et confession

P8201216_2.jpg

Autrefois, quand on pensait avoir commis des erreurs de jugement ou de comportement, des "péchés" on allait voir un prêtre, un pasteur, un rabbin, un imam où on faisait une confession publique. On attendait de cette action un soulagement psychologique et une possibilité d'absolution. Ce processus de la confession était codifié par des dogmes et des rituels.

Si j'en crois l'état des confessionnaux en Bretagne, il semble que, tout au moins pour certains catholiques, la confession n'ait plus beaucoup d'adeptes. Et alors ? Les attentes psychologiques demeurent. Je me suis donc posé des questions, justement au moment où j'avais décidé d'élargir un peu mon horizon, limité le plus souvent à mes liens. J'ai été visiter des blogs de journaux intimes sur lesquels les auteurs s'expriment avec humilité, sans pudeur, avouant à ma grande surprise leurs secrets les plus intimes, "fautes" comprises. Alors, je ne juge pas, je n'affirme rien , mais je me demande si le monde virtuel n'a pas engendré une nouvelle forme de confession publique. La blogosphère serait à la fois le  nouveau dieu et ses représentants, le blog le confessionnal, et les commentaires, souvent indulgents, une nouvelle forme d'absolution. Exercice de l'esprit mon hypothèse ? Pas certain...

Ariaga

24/09/2008

Anniversaire du Laboratoire

Ariaga New Ab_2.jpg

Aujourd'hui, deuxième anniversaire du Laboratoire du Rêve et de l'Alchimie Spirituelle. J'ai eu un beau cadeau : Muttifree m'a offert une création numérique rien que pour l'occasion. Merci à elle et merci aussi à tous ceux qui m'aident à faire vivre ce lieu où je me sens moins seule qu'à mes débuts. J'ai fait de mon mieux pour vous concocter de bons petits plats sur mon Athanor-Ordinateur et la cornue se remplit doucement .  Le blog s'est ouvert à des apports en tous genres, et je crois  que l'humour, le voyage, la convivialité côtoient sans problème la spiritualité, la philosophie et la poésie. Les alchimistes mettaient les matériaux les plus divers dans le "vase" de leurs expériences  sur la matière et l'esprit ...

Je crois qu'à l'aube de cette troisième année de blog je vais prendre un petit repos. Il est possible que j'en profite pour "démocratiser " ma présentation de liens dont les classifications me semblent un peu élitiste, et faire un peu de ménage.

Je vous embrasse tous avec affection.

Ariaga.

 

09/09/2008

La vie du Laboratoire

 

banc doré par l'amitié.jpg

Banc doré par l'amitié, création numérique de Muttifre

Le Laboratoire du Rêve et de l'alchimie spirituelle, après les vacances d'été, va retrouver ses sujets préférés spiritualité, nature, poésie, C.G.Jung et la psychologie des profondeurs, tous les matériaux que je mijote sur l'athanor du blog pour les laisser transmuer par un lent processus.

Pendant  ce temps hors du temps, sur un banc doré par l'amitié, comme le représente si bien muttifree, j'ai, bientôt rejointe par d'autres amis virtuels, voyagé dans l'imaginaire. Ce banc, qui était devenu un train de bancs propulsé par la force de l'amour de l'autre, a emmené avec lui   tous ceux qui ne pouvaient pas partir retenus par des chaînes physiques, mentale ou par  l'absence de moyens matériels.  Nous avons fait un beau chemin et je remercie tous ceux qui ont collaboré, en particulier par la régularité de leurs commentaires.

Le laboratoire va certainement évoluer, comme j'évolue moi-même. Pour les nostalgiques des débuts je signale que je poste régulièrement des textes, déjà publiés, sur le blog " Extraits du Laboratoire d'Ariaga " (clic, en haut à droite de ce blog.) en particulier des textes assez "théoriques", mais d'une lecture aisée, et des poésies.

Je me sens un peu " vidée " ces jours-ci mais je suis un chat à plusieurs  vies  et je pense que je vais émerger des profondeurs où j'ai tendance à stagner dans une phase alchimique de nigredo. Cet été j'ai compris que j'avais besoin des autres si je voulais continuer, on pourrait dire durer. J'envisage d'ouvrir ce blog, avec lequel j'ai une relation un peu jalouse, à des collaborateurs, mais j'envisage seulement...dans un avenir indéterminé...Pour l'instant je vais reprendre la barre et écrire des notes, autant que possible assez courtes, sur les thèmes qui me tiennent à coeur. Certains de ces textes demanderont peut-être un petit effort de lecture. Cela ne fait rien, attendez, j'écrirai aussi sur des sujets moins ennuyeux pour certains. Et puis j'ai des liens plein de talents : peintres, photographes, amoureux de la nature,voyageurs, musiciens, poètes, humoristes. Vous pourrez cliquer !

Je vous embrasse tous amis connus et inconnus et vous remercie encore de m'avoir aidée à tirer le train de banc.

Ariaga

 

23/08/2008

Maison à restaurer

P8201264_2.jpg

Je me suis vue dans l'obligation, comme vous avez pu le voir dans ma réponse aux commentaires de la note précédente, d'interrompre provisoirement mon périple en tête du train de bancs des voyages imaginaires car j'avais été envahie par une horde sauvage d'êtres de toutes sortes se disant de ma famille. Moi et ma maison avons été sauvagement attaqués et si j'ai un conseil à vous donner c'est de ne pas habiter au bord de la mer car cette situation géographique attire les squatters. Le train de bancs a cependant continué à circuler et je vais, dès que j'aurai retrouvé mes forces vous en montrer quelques uns.

Quelques granges fûment encore...mais la horde familiale a repris le chemin de son camp vers les régions du Sud. Ma demeure est à nouveau silencieuse, hormis les miaulements de protestation de ma vieille chatte ulcérée par cette invasion inadmissible de SA maison. Mais les travaux seront longs, tout est dévasté y compris le jardin, comme vous pouvez le voir sur la photo. Athanor-Ordinateur, planqué à la cave, déjà ébranlé par l'explosion de sa batterie, a survécu mais il est tout tremblant et je crains que ces deux épreuves successives ne l'obligent bientôt à partir, lui aussi, en voyage pour une sérieuse révision.

La maison qui était plutôt coquette est maintenant à restaurer, mais la puissance de l'imaginaire est grande et je pense qu'elle va vite retrouver ses couleurs et son volume.  Je compte sur l'aide  psychique et l'humour bien connu de mes lecteurs pour qu'elle retrouve son état antérieur dans les plus brefs délais. Tous les conseils techniques et dons seront à adresser à  : Train de bancs des vacances imaginaires, code postal 00000000++  Paysd'ailleurs. Merci d'avance.

Ariaga

 

 

30/07/2008

EXPLOSION!

DSC03454_2.jpg
 
   Chers compagnons des vacances imaginaires, chers voyageurs des bancs du train du rêve, je crois que les effets conjugués de notre imagination active et de nos divers phantasmes d'évasion ont été trop puissants.  Aslè m'avait bien parlé d'un moyen explosif, le grisou, pour propulser la locomotive, je ne savais pas que ses idées avaient autant de force ! 
   Mon cher Athanor-Ordinateur, qui semblait si heureux du Léopard que je lui avais offert, a du se trouver dépassé par toutes les énergies que lui offraient si généreusement les lecteurs, surtout ceux qui viennent déposer sur le banc leurs mots, ces mots qui servent de carburant pour nos voyages sans limites. C'était trop, trop fort, trop beau et, hier soir, la batterie d'Athanor, son propulseur pour s'éloigner du banc, a tout simplement explosé! Athanor est solide et fidèle et son corps fixe n'a pas été endommagé. J'étais quand même quelque peu secouée... Dès ce matin, un grand sorcier de mes amis a prodigué ses soins et le train et les voyageurs, un peu choqués, sont repartis grâce à un Athanor moins mobile mais toujours aussi vaillant. 
   Vous voyez chers amis que l'on peut vivre de dangereuses aventures sans quitter son bureau...son banc plutôt.
              Ariaga

23/07/2008

Un félin dans l'athanor

3° part a_2_2_2_2_2.jpg
 
   Les alchimistes Philosophes de la Nature du Moyen Âge, dans leurs rêves les plus fous, n'auraient jamais pensé adjoindre aux matériaux de leur Oeuvre un léopard, même virtuel. Ils ont dans leurs "recettes" parlé de matières assez étranges allant du lait de vierge aux excréments mais, si ce n'est la possibilité que des chats aient peut-être fini dans le "fourneau", à ma connaissance point de gros félins !
   Il y a longtemps que je vous parle d'Athanor, mon fidèle Mac, qui en ce moment véhicule dans le monde des blogs notre train de bancs des vacances imaginaires.
   Aujourd'hui, le train devient de plus en plus long et lourd à tirer. J'ai, suivant des conseils avisés, je l'espère, décidé d'augmenter la qualité du combustible de mon cher Athanor-Ordinateur et je vais engouffrer dans sa gueule béante le Mac OSX Léopard. C'est une opération longue et périlleuse et j'espère en sortir indemne. Les fauves peuvent être dangereux et les bugs (beuglements ?) fréquents quand on est aussi peu doué que moi. A demain si tout va bien. 
             Ariaga apprentie dompteuse de fauves.
 

30/06/2008

Rêves de vacances au Laboratoire

P6271083_2.jpg
 
   Prisonniers et autres enfermés, parfois par eux mêmes et leur peur de l'extérieur, hospitalisés, personnes physiquement incapables de se déplacer et ceux qui restent à leurs côté, et ceux, nombreux, qui sont sans argent, je pense à vous car, moi non plus je ne pars pas en vacances. Ils rêvent à ce mot magique, vacances, car ils se sentent privés de liberté dans un monde où tout est tourné vers l'extérieur, vers un ailleurs où les problèmes disparaîtrons et où la vie sera plus belle.
   Ne soyez pas tristes, amis lecteurs, il nous reste , comme je vous l'avais dit l'été dernier, la plus grande liberté, celle que personne ne peut nous ôter : voyager dans notre tête. Nous pouvons pouvons réfléchir, contempler une photo et y pénétrer en imagination, explorer l'intérieur de nous mêmes, rêver sur quelques lignes de prose ou de poésie. Nos possibilités de projection sont illimitées. Si nous le voulons vraiment, nous possédons le moyen de transport existant le plus rapide pour visiter jusqu'aux galaxies. Alors, vous comprenez, ceux qui s'entassent sur les autoroutes pour aller vers le "soleil" ou qui s'envolent à destination de lointains pays, ne serons jamais aussi rapides que nous. Et puis, il y a souvent des merveilles à quelques mètres ou à quelques kilomètres et aussi des ravins, des sommets, des aventures, de l'amour, en nos territoires intérieurs tellement inexplorés. 
  Le voyage durera tout l'été et, comme l'année précédente, se passera sur un banc. C'est économique, non polluant, convivial. Tout le monde peut y participer. Vos blogs, commentaires, mails, seront une source commune de départs en vacances dans la tête. Et ne croyez pas que le Laboratoire du Rêve et de l'Alchimie Spirituelle abandonne sa recherche de transmutations . Ce qui se passera cet été permettra d'accumuler un précieux combustible pour alimenter l'Athanor à la rentrée.
  Le banc fait face à une mer vide que l'on peut remplir de tous les possibles : navires, baleines, sirènes, hautes vagues appelant le surf, couchers de soleils sublimes. Derrière le banc des terres inconnues car nous pourrons agrandir l'espace suivant nos rêves et nos fantasmes.
   Je serai assise sur ce banc avec mes amis intérieurs imaginaires. Je ne vous les cite pas tous car je craindrais d'être taxée de multiples dédoublements schizophréniques mais les habitués du blog connaissent déjà le Vieil Alchimiste murmureur à l'oreille de mon coeur qui me chuchote parfois des choses insensées, Carl Gustav J. qui a été très jaloux d'être un peu délaissé l'été dernier alors que de belles dames, aux charmes desquelles il était si sensible de son vivant, fréquentaient le banc. Il y aura aussi cette figure masquée exigeante et fugace qui se cache sous le nom d'Inspiration Poétique. Et des images échappées de mon appareil photo. 
   Ne croyez pas que nous allons rester là occupés seulement à dialoguer, philosopher, psychanalyser, bref à faire surchauffer nos neurones. Le banc n'est pas immobile, il voyage tel un tapis volant. Ce sont les vacances non ?  et j'espère, avec tous ceux qui viendront s'asseoir près de moi, tenir un journal, le plus quotidien possible même si ce n'est qu'une simple phrase, de nos explorations intérieures et extérieures.
   Je vous embrasse tous amis connus et inconnus et bonnes vacances imaginaires.  
                  Ariaga   

24/06/2008

La cuisine d'Ariaga

    J'ai été "taggée" par mon amie Kaïkan qui m'a posé un certains nombre de questions au sujet de la cuisine et de mes goûts et dégoûts. Elle semblait penser que j'avais l'habitude de cuisiner sur mon athanor et de mijoter des petits plats fleurant bon l'alchimie.

Un aliment que je n'aime pas du tout

DSC03481_2.jpg

 Les semelles caoutchouteuses cuites au jus de chaussettes malodorantes abandonnées au soleil.

Trois aliments favoris :

L'amour, l'amitié, le paradoxe, de préférence réunis dans le Vase. 

Ma boisson favorite :

Un tiers d'eau mercurielle, un tiers de lait de vierge et un tiers de champagne pour partir dans les bulles visiter d'autres mondes. 

Le plat que je rêve de réaliser :

C'est un plat que j'avais rêvé pour Aslé, une recette de noeud. Voici le matériau de l'oeuvre :

P5230918_2.jpg

 Voici la recette :

Mettre à tremper le noeud dans le jus primordial de l'Océan tiédi sur l'athanor solaire. 

     Assaisonner d'amours perdus et retrouvés.

     Quelques gouttes de larmes seront les bienvenues et les perles du rire le poivre nécessaire.

     Lentes macérations.

     Suaves dissolutions.

Le noeud sera à point quand il aura atteint, bien au delà des mots, l'absente transparence de l'Essence.

Et voici la recette présentée sur un lit d'Océan :

DSC01990_2_2_3_2_2.jpg

Mon meilleur souvenir culinaire 

Une goutte de rosée délicatement  léchée sur un pétale de fleur.

P6241029.jpg

 

                           Ariaga du coin de l'athanor