UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/06/2015

La pêche aux idées

écriture,blog,idées,pêche,philosophie,psychologie,photo

Environ 750 notes, 22000 commentaires, sauf périodes difficiles j'ai toujours eu des idées pour alimenter ce blog. Et pourtant, amis lecteurs, depuis quelques temps c'est la grande sécheresse. J'ai des idées, j'en ai même trop, qui courent comme des folles dans ma petite tête, mais vraiment aucunes qui me semblent présenter un intérêt suffisant pour que je les propose en partage. Raconter ma vie ? Ce n'est pas trop mon genre. Des citations ? Oui, mais point trop n'en faut car cela peut devenir un paravent du vide de la pensée. Des poésies ? Quelques unes  unes sont venues mais c'est quand même rare.

Je me demande si il n'y a pas une sorte de mer aux idées où ceux qui se connaissent vont puiser car, chez les amis de blog que je lis en ce moment, je trouve beaucoup de choses belles et intéressantes. Peut-être qu’il ne reste plus rien pour moi ! Et je n'ai pas, non plus, beaucoup de courage pour laisser des commentaires car, pour cela aussi quand je vois la qualité des vôtres, il faut des idées. En plus, je me demande si je ne suis pas entrain de devenir paresseuse.

Je vais sérieusement devoir jeter mes filets et aller à la pêche ...

Ariaga

 

19/04/2015

Les liens entre les blogs

écriture,blogs,liens,société,Jung,photo,

Une note difficile à écrire ...

Je souffre d'une incapacité quasi pathologique à supprimer ou classer différemment mes liens avec d'autres blogs. Je conserve des décédés, des trop malades pour écrire, des qui n’écrivent plus depuis plusieurs années, des qui ne se manifestent jamais sur le blog, des qui demandent un code d'accès  etc...

Mon incapacité à effectuer un tri a des conséquences très ennuyeuses. D'abord, ceux qui  découvrent le Laboratoire et cliquent sur les liens pour voir ce qui m'intéresse peuvent être déçus. Ensuite, quand je pars en visite sur les blogs amis, je prends la liste par en haut (parfois j'inverse) et au bout d'un certain temps la fatigue, le mal au dos, ma vue qui baisse font que je me décourage. C'est ainsi que je peux rester longtemps sans mettre un commentaire sur des blogs que j'apprécie beaucoup pour peu qu'ils soient mal situés. Je laisse ainsi sans nouvelles des amis fidèles tellement présents à mon esprit que je suis persuadée de les avoir visités la veille ! Heureusement qu'ils ne sont pas rancuniers et qu'ils me postent un commentaire. Il y a aussi les petits nouveaux qui allongent la liste et que j'aimerais bien mettre dans un joli jardin d'attente pour voir quelles relations vont s'établir.

Je ressens la nécessité de mettre un peu d'ordre (j'ai quand même ces derniers mois effacé deux ou trois blogs) mais, quand je vois ce que cela m'a couté d'enlever de mes liens les blogs de Lechantdupain, qui a d'un coup tout supprimé, y compris son extraordinaire Astroport, je ne sais pas si je suis capable de faire le ménage. J’aimerais bien savoir  comment vous réagissez les uns et les autres et recevoir des conseils, y compris de ceux qui n'ont pas de blog et me font l'amitié de considérer qu'ils peuvent déposer ici des petits morceaux de leurs réflexions.

Amitiés à tous

Ariaga

 

 

 

 

23/02/2015

Programmes et bonnes résolutions

écriture,philosophie,spiritualité,poésie,société,culture,photo

On ne se tient jamais complétement aux bonnes résolutions prises dans des moments de crise ou d'enthousiasme. Et pourtant, au moment où on fait des listes, impulsé par un bel élan vers des transformations du corps ou de l'esprit, on y croit ...

J'en ai trouvé quelques unes dans mes carnets. À relecture je les trouve assez emphatiques mais j'ai du y croire, et j'y croirai peut-être encore, même si elles risquent fort de rester enfouies sous les blocs pesants de la vie quotidienne :

- Être le vaisseau splendide d'un passager sans limite baignant mes cellules de sa lumière. (Je devais souffrir de mégalomanie !!!).

 - Tenter d'évacuer les mots périmés.

 - Éviter de fréquenter ceux qui vivent morts dans la honte de leurs corps.

 - Négocier avec moi-même pour ne plus avoir peur et accepter la présence de cet Autre qui n'a ni nom ni visage.

 - S'exercer à la mort en redonnant leur sens aux symboles vivants usés par le temps.

Ariaga

 

 

 

13/02/2015

Être un jardinier

spiritualité,alchimie,philosophie,jardin,nature,écriture

Les choses SONT et l'idée que j'en ai ne peut les changer. Ce n’est pas parce que un aveugle ne voit pas un tableau qu'il n'existe pas.

Le grand laboratoire alchimique de Notre Mère Nature est LÀ, en moi et autour de moi. Que faire ? Je dois tout simplement être un jardinier qui cultive sa parcelle de lumière.

Ariaga

31/01/2015

Penser avec son coeur

Jung,spiritualité,philosophie,voyage,culture,société,écriture

Quand je réfléchis au chemin qui me reste à parcourir je crois que je suis trop chargée d'un bagage mental. C'est comme si j'avais rempli mon sac à dos de cailloux et oublié la nourriture. On ne change pas d'un coup, et les transmutations demandent de nombreuses distillations. Pour l'instant les enchainements de mes idées aboutissent souvent aux leçons que j'ai reçues en lisant Jung;lequel Jung avait reçu un enseignement qui l'avait impressionné pendant un voyage chez les indiens Puéblos (Ma vie, p. 286.). Jung échangeait avec le chef Ochwiay Biano et je vous donne un extrait de ce dialogue :

"Les Blancs désirent toujours quelque chose, ils sont toujours inquiets, ne connaissent point le repos. Nous ne savons pas ce qu'ils veulent. Nous ne les comprenons pas, nous croyons qu'ils sont fous !

Je lui demandai pourquoi donc il pensait que les blancs étaient tous fous.

Il me rétorqua : " Ils disent qu'ils pensent avec leur têtes.

- Mais naturellement ! Avec quoi donc penses-tu? demandai-je étonné.

Nous pensons ici, dit-il en indiquant son cœur. Je tombai dans une profonde réflexion ..."

Moi aussi, je tombe dans une profonde réflexion.

Ariaga

28/01/2015

Arracher le masque

écriture,poésie,philosophie,spiritualité,société

Création ÉPHÊME

 

Le masque est là bouffon de comédie

déguisement imposé depuis l'enfance.

Apparence nécessaire,

intégration programmée,

fais gaffe à la Société tu vas être rejetée.

Présentation bien trop léchée de photo papier glacé,

permis pour se promener

dans les rues bien fréquentées.

Certains sont morts étouffés sous le plastique de l'emballage protecteur de l'extérieur mais la poussée est forte des démons et des dieux qui vivent à l'intérieur. La Nature est puissante son feu brûle les gardes obèses du petit moi craintif. Les esprits se desquament et les rêves dansent des nuits entières.

Voici venir le temps du monde du dedans,

voici venir le temps de devenir un vase,

voici venir le temps d'être nue et sans masque.

Ariaga

25/01/2015

Le chemin vers la porte

écriture,philosophie,spiritualité,jung,alchimie spirituelle

Maintenant que ceux qui veulent lire des textes "sérieux"au sujet de Jung, des rêves  ou de l'alchimie peuvent me suivre sur le site consacré à ces thèmes, j'éprouve le besoin d'écrire et de publier, ici, d'une manière différente tout en demeurant fidèle au titre : Laboratoire du rêve et de l'alchimie spirituelle.

J'ai subi, ces derniers temps, des soucis de santé dont aucun n'était très grave mais dont l'accumulation m'a fait prendre conscience d'un fait que j'occultais plus ou moins : Je suis "vieille" et l'itinéraire qui mène à la porte de sortie comporte de moins en moins de kilomètres. Le temps devient précieux et doit être employé, non seulement à profiter de la beauté  et de la joie de l'existence mais aussi à préparer les bagages ; trier, éliminer, brûler, changer son regard, être de plus en plus le creuset d'un travail d'alchimie spirituelle dont le matériau se trouve  au quotidien.

Comment cela va t-il se traduire pour ceux qui continueront le chemin avec moi ? Des textes parfois très fréquents, des silences, de la poésie, des rêves éveillés, des réflexions, des lectures, des réactions à un commentaire, et Jung toujours présent mais comme une suite de bornes sur un chemin de vie.

Il est évident que je n'attends pas des commentaires sur chaque texte, vous pourrez butiner comme je le fais pour mes amis de blog qui publient fréquemment. Je vais d'ailleurs partir en visites car j'ai été interdite de blogs depuis quelque temps et j'ai hâte d'aller aux nouvelles.

Ce que j'écris aujourd'hui est un peu confus car je ne sais pas très bien vers où je vais mais je connais votre indulgence ...

Je vous embrasse tous amis connus et inconnus.

Ariaga

19/01/2015

Quelques photos pour patienter

 

écriture,photos,dialogue,chat,amitié

écriture,photos,dialogue,chat,amitié

écriture,photos,dialogue,chat,amitié

écriture,photos,dialogue,chat,amitié

Ces quelques photos, déjà publiées, amis lecteurs, pour vous faire patienter en attendant la reprise "normale" du laboratoire. Leur choix  a t-il un sens? Je ne le sais pas moi même.

À  très bientôt

Ariaga

 

09/01/2015

Pierrot pleure CHARLIE

écriture,charlie hebdo,indignation,automate,pierrot

Plein d'indignation et de tristesse, Pierrot est en larmes.

Il a pris sa plume pour écrire un mot

à Charlie Hebdo.

05/12/2014

Romans policiers, romans de science-fiction

écriture,livres,Jung,culture,roman,policier,science fiction

J'ai été à la Médiathèque. D'abord au second où sont tous les livres "sérieux" et puis, toute engluée d'ennui je suis redescendue au premier là où se trouve le lieu de mon plaisir : Les romans policiers et les romans de science fiction que je préfère appeler les romans d'hypothèse. Parfois j'ajoute à cette délicieuse consommation un zeste de Fantasy mais j'aime moins. Je me sens un peu coupable car je dois épargner ma vue alors je réduis les doses mais le sevrage complet est impossible. Vous me direz que je ferais mieux de relire la correspondance de Jung mais savez vous qui m'a donné le (mauvais ?) exemple ? C'est Jung lui même ! En effet, Anièla Jaffé écrit au sujet des distractions de Jung qu'il faisait des réussite, trichant parfois, et que " On trouvait partout chez lui des romans policiers, du Georges Simenon et des polars anglais en particulier, car il considérait le détective comme "une version moderne du Mercure alchimique qui résout toutes les énigmes". Il aimait autant la science-fiction."

Plus de raison de me priver ...

Ariaga

écriture,jung,livres,culture,roman,policier,science fiction

 

 

 

28/11/2014

Évolution du Laboratoire

écriture,blog,vie quotidienne,pensées,site jung,culture,spiritualité

Une illustration de ÉPHÊME sur le site.

Je me pose  en ce moment pas mal de questions au sujet de l'évolution du Laboratoire du Rêve et de l'Alchimie spirituelle. Cela fait maintenant nombre d'années qu'il existe et que j'y écris avec plus ou moins de bonheur. Sous sa forme actuelle je dois dire que je suis un peu à bout d'inspiration et surtout un des buts qui était d'être "dans les pas de Jung" me semble avoir été atteint dans pas mal de textes déjà publiés. J'ajouterai que ceux qui veulent suivre ma "pensée" sur Jung, ses concepts, le rêve, Jung et l'alchimie vont retrouver tout cela beaucoup plus développé  sur le site C.G.Jung, rêve alchimie homéopathie qui commence à prendre sa vitesse de croisière. L'enfant grandit ...

Alors que faire ?

Uniquement de la poésie, l'inspiration n'est pas toujours là même si c'est ce qui me donne le plus plaisir quand remontent ou descendent, je ne sais, des mots qui me surprennent.

Devenir plus personnelle et tenir une sorte de carnet quasi quotidien consacré à ce qui me marque, m'interroge, m'inspire, me rebute, me fait avancer ou reculer. Difficile car ceux qui me connaissent savent que je suis assez secrète mais ce serait peut-être le moment de franchir ce pas car c'est cela le travail d'alchimie si on considère que l'on est le creuset où se mélangent les matériaux de l'alchimie spirituelle.

Continuer comme avant mais en publiant peu, seulement quand j'ai le souffle pour écrire des articles "de fond".

Une autre idée pas encore mûre ? Une chose est certaine, je suis très attachée à ce blog et à son titre mais je couve des œufs dont j'ignore si ils contienne des poussins ou des bébés aiglons !

Je m'interroge et votre avis m'intéresse amis lecteurs. Pour les timides, j'ai un mail, en haut à gauche du blog.

Ariaga

 

 

 

 

07/09/2014

C.G.JUNG rêve, alchimie, homéopathie

site,philosophie,psychologie,alchimie,rêve,jung,homéopathie,spiritualité

Chers amis, connus et inconnus,

 

c'est ce soir que nous mettons en ligne le site http://www.jung-reve-alchimie.fr/qui a un compte facebook. Vous avez les deux liens.

Le site, en chantier, est plein d'imperfections mais je dirai heureusement ! car nous pourrons ainsi le bonifier au fil des semaines, des mois, des ...

L'initiateur du site est mon ami Jean Bissur auteur du blog Autour de Carl . C'est aussi le maître d’œuvre, celui qui rentre les textes, qui fait tout ce que je ne sais pas faire et qui en plus écrit des textes fort intéressants.

Pour ce qui est de moi, j'ai apporté une thèse, soutenue il y a une quinzaine d'années, sur Jung, les rêves, l'alchimie etc. Cette thèse est comme le corps d'une armoire avec des tiroirs et elle sert de structure au site. J'ai entrepris, et j'entreprendrai, dans les textes publiés, de donner la parole à "l'autre je" dont je parlais dans ma note  : l'emploi du nous dans les thèses. Je pense que ce travail d'auto-critique diminuera le sentiment d'insatisfaction que j'ai ressenti, même si le résultat de dix années de recherche et de réflexion pouvait être considéré comme un succès. 

Jean Bissur et moi avons ouvert un beau tiroir pour mon ami de longue date le Docteur Bernard Long, homéopathe, auteur de nombreux écrits, et homme de cœur. 

Nous avons aussi réservé un tiroir à ce que je préfère à tout, la poésie. J'y ai déposé certaines de mes poésies "alchimiques" et sous la rubrique poétique culinaire Marie-Claire Frédéric nous a offert un premier poème.

Évidemment, pour que l'équipe soit au complet, nous avons demandé à ÉPHÊME d'être l'illustrateur du site. Vous avez, par exemple,  en tête de cette note le "cul de lampe" de la page d'accueil. (clic pour agrandir)

Le Laboratoire continue sa vie normale et je comprendrai très bien que le site ne vous intéresse pas car il sera moins convivial. Je reviendrai vers vous pour vous en donner des nouvelles quand ce ne sera plus un nouveau-né.

Ariaga

17/07/2014

À La Rochelle, la nuit est tombée

La rochelle,voyage,chanson,socièté,photographie,Francofolies,culture,art

La musique des Francofolies qui imprégnait toute la ville de La Rochelle jusqu'aux murs des maisons s'est tue, la nuit est venue mais les lumières brillent toujours et la grande roue symbolise le flot incessant des vacanciers qui circulent sur les quais et me font penser à un fleuve aspirant à la mer.

la rochelle,voyage,chanson,socièté,photographie,francofolies,culture,art

La marée est basse, on démolit les gradins remplacés par les voiliers et ce petit bateau rouge  échoué sur la vase fait encore le fier car il ignore que la fête est finie.

la rochelle,voyage,chanson,socièté,photographie,francofolies,culture,art

C'était beau, il y en avait pour tous les budgets du  spectacle de rue aux luxueuses tentes où on buvait le champagne, l'essentiel pendant cette folle fête c'était de ne pas perdre la tête et...

la rochelle,voyage,chanson,socièté,photographie,francofolies,culture,art

de savoir, pour les nostalgiques, que, comme cette puissante sculpture de vague, les Francofolies  déferlent depuis longtemps sur la Rochelle alors cela recommencera, encore et encore ...

Ariaga

08/07/2014

Le Laboratoire en vacances, ambiances...

écriture,vacances,la rochelle,voyage,photo,nature,société

Comme tous les ans, le Laboratoire du rêve et de l'Alchimie Spirituelle ne ferme pas ses portes pendant Juillet/Aout. Il s'adressera non seulement à ses fidèles "laborantins" mais surtout à tous ceux qui, pour des raisons diverses, ne participent pas à la grande migration. Nous quittons les sujets habituels pour des récits plus distrayants. En 2014 nous n'allons pas voyager dans l'imaginaire, comme ce fut souvent le cas, mais plutôt dans le domaine des  ambiances, des impressions, des visions un peu différentes d'événements ou de lieux. 

Nous commencerons par La Rochelle, la ville où je réside. Par exemple, les Francofolies telles que je les ressens et surtout les entends alors que j'habite très près de la plus grande scène en plein air et de pas mal d'autres lieux. Je reçois en cette période Éphême et sa femme alors je pense que leurs impressions amplifieront les miennes. Je vous parlerai probablement aussi, à ma manière, du Musée des Automates et aussi .... je ne sais pas encore ce sera  au gré de ma navigation dans la Rochelle.

En Aout, nous aurons les impressions de Éphême pendant son voyage annuel d'un mois au Pérou. Je découvrirai comme vous.

A très bientôt, le montage des scènes des Francofolies me semble très avancé.

Ariaga

28/06/2014

L'emploi du nous dans les thèses

écriture,société,philosophie,culture,université,thèse,photographie

Vous pensez peut-être, amis lecteurs, que cette paire de chaussures qui semble avoir beaucoup servi n'ai rien avoir avec avec le processus de fabrication et de soutenance d'une thèse mais j'y vois le symbole d'un très longue et douloureuse marche et du besoin d'abandonner ces deux objets de souffrance quand on est arrivé au bout du chemin.

Mais je m'éloigne de mon sujet qui était l'emploi du nous dans les thèses. Il est en effet demandé au rédacteur de ce lourd pavé (si ce n'est pas gros c'est que l'on a pas assez travaillé !) d'employer le nous au lieu du je. Il parait que ce "pluriel de majesté" est un "pluriel de modestie" car il y a d'autres personnes impliquées, par exemple le directeur de thèse. Pour moi, cela m'a surtout donné une sorte de dissociation schizophrénique dont je vais tenter de guérir dans le futur site (ouverture le 7 Septembre) où mon travail consistera à réfléchir sur ce cas difficile !

En effet, cet emploi du nous me ramène à Jung qui disait dans Ma vie  qu'il y avait deux personnes en lui. Pendant ce long travail, quand il s'agit de philosophie dite "générale" on est censé avoir une grande (enfin on le croit ...) idée, une thèse, et la défendre de manière pertinente et suffisamment ennuyeuse et obscure pour avoir l'air profond. Le problème c'est que nous avons été deux à ramer pendant des années pour arriver à un résultat qui permette que le jury dise oui. Il y avait un moi soutenu par la voix intérieure qui avait inspirée ma recherche et puis ma "persona", cet autre moi, le moi public qui voulait être aimable pour un directeur de thèse plein de gentillesse mais auquel mes idées faisaient très peur et qui ne connaissait pas du tout Jung. Aimable aussi pour les futurs membres du jury au sujet desquels il me disait : Cela ne passera pas ; et bien d'autres contraintes ... Ce deuxième moi a souvent gagné et c'est la persona qui a rédigé la plus grande partie de la thèse et fait suffisamment le beau pour réaliser une belle soutenance.

Je pense ne pas être la seule à avoir ressenti ce fossé entre ce que l'on pense et ce que l'on écrit dans un travail universitaire et c'est pour cela que je me suis un peu épanchée sur ce sujet alors que vous savez tous que je n'aime pas trop personnaliser mes notes même si, selon une de mes lectrices, j'ai fait des progrès ces derniers temps. Cette note est aussi une introduction au fait que je vais sur le site  tenter de critiquer ce second moi avec, je l'espère, une note d'humour.

Ariaga